Biographie de Idir

Idir ( (Yidir)), de son vrai nom Hamid Cheriet (en kabyle Ḥamid Ceryat), né en 1949 en Algérie, dans le village d'Aït Lahcène dans la commune actuelle de Beni Yenni en Grande Kabylie, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien algérien de musique kabyle.

Il ne se destinait pas à la chanson. Son nom d'artiste signifie d'ailleurs en berbère : « Il vit », nom traditionnellement donné à un enfant né difficilement, pour l'encourager à vivre. Mais un de ses premiers titres, A Vava Inouva devient rapidement un tube planétaire, dans les années 1970, le premier grand tube venu directement d'Afrique du Nord. Sa carrière est marquée par une irruption soudaine au premier rang, puis une éclipse volontaire d'environ une dizaine d'années à partir de 1981. Ses albums solo sont rares, quatre en quatre décennies. Mais l’œuvre d'Idir a contribué au renouvellement de la chanson amazyghe, et a apporté à la culture berbère une audience internationale.

Biographie

Débuts

Fils de berger, né à de Tizi Ouzou (la capitale de la Grande Kabylie), dans un village perché sur les monts du Djurdjura, son milieu familial est imprégné de la tradition et de la culture berbère. "J'ai eu la chance d'avoir une grand-mère et une mère poétesses", indique t-il à un journaliste, "on venait de loin pour les écouter. J'ai baigné dans l'atmosphère magique des veillées où l'on racontait des contes et des énigmes. Dans une société de culture orale, la valeur du mot est immense. La capacité à ciseler les mots, à inventer des images, est aujourd'hui encore très prisée chez nous.".

Idir décide d'étudier la géologie et se destine à une carrière dans l'industrie pétrolière algérienne.

Mais en 1973, il démarre sa carrière musicale par hasard, à Radio Alger, en remplaçant une chanteuse, pour qui il avait composé une berceuse. Il interprète cette berceuse qui va devenir son premier succès radiophonique, Rsed A Yidess qui signifie « Que le Sommeil Tombe ». Il enregistre ce titre ainsi qu'un second, A Vava Inouva (« mon papa à moi »), en 45 tours. Puis part faire son service militaire de deux ans. La chanson commence à se répandre en Algérie, puis sort des frontières. Officier dans une petite caserne, il s'écoute sur les ondes algériennes et étrangères.

En 1975, il monte à Paris, appelé par la maison de disque Pathé Marconi qui veut lui produire son premier album. Le titre A Vava Inouva est devenu un tube planétaire, diffusé dans 77 pays et traduit en 15 langues. Une version française est interprétée par le duo David Jisse et Dominique Marge en 1976. Cette chanson kabyle, avec simplement des voix et guitares, est considéré comme le premier grand tube venu directement d'Afrique du Nord. Il représente l'affirmation d'une certaine identité, le retour à des racines ancrées très profondément dans l'histoire de l'Algérie.

Il faut attendre 1976 pour que sorte ce premier album A Vava Inouva, sur lequel on trouve le titre éponyme.

Éclipse

Après ce succès, Idir écrit à nouveau et enregistre : Ay Arrac Neg (A nos enfants), un album qui sort en 1979. Il enchaîne sur une longue série de concerts. Mais cet homme discret ne se reconnaît pas dans le monde du show-biz même s'il aime composer, ce qu'il fait pour d'autres. En conséquence, il choisit de s'éclipser après cette série de concerts, une dizaine d'années environ, tout en donnant quelques rares récitals.

Sa carrière est relancée avec la sortie d'une compilation en 1991 de dix-sept chansons de ses deux premiers albums. Après un long procès contre son ancien producteur, Idir obtient la possibilité de ré-enregistrer ses titres comme le fameux (A Vava Inouva). Fort de cet appui discographique, il revient donc sur le devant de la scène et passe au New Morning à Paris du 7 au 9 février 1992, ce qui lui vaut de nombreux éloges et la reconnaissance de ses pairs. Pour la première fois, la critique lui attribue le statut de précurseur de la World Music.

L'année suivante, paraît chez Blue Silver un nouvel album : les Chasseurs de lumière où il chante ses thèmes de prédilection, l'amour, la liberté et l'exil (qu'il connaît puisqu'il est installé dans la région parisienne depuis 1975). Il introduit à côté des darboukas, flûtes et guitare acoustique, qui donnent une touche de modernité. On peut entendre aussi la voix d'Alan Stivell sur le duo (Isaltiyen). Idir donne ses chansons à écouter au public de l'Olympia à Paris les 26, 27 et 28 juin 1993.

Retour à la scène

Homme de conviction, Idir participe souvent à des concerts pour soutenir différentes causes. Le 22 juin 1995, plus de 6000 personnes viennent applaudir le chanteur et son ami Khaled, initiateurs de l'association l'Algérie la vie qui les ont conviés à un concert pour la paix, la liberté et la tolérance. "Le raï oranais rencontre la poésie contestataire kabyle". C'est un succès pour les deux artistes qui réunissent à cette occasion les communautés kabylophones et arabophones.

En 1996, Idir sort une réédition de son tout premier album, 20 ans après : A Vava Inouva. Idir participe aussi au concert hommage rendu à Lounès Matoub, chanteur algérien de musique kabyle assassiné en 1998.

Le véritable retour discographique d'Idir se fait avec Identités en 1999, l'album hommage qui réunit de nombreux artistes de Manu Chao (A Tulawin (Une algérienne debout)) à Dan Ar Braz en passant par Maxime Le Forestier ou Karen Matheson pour un (A Vava Inouva 2), mais aussi Zebda, Gilles Servat, Geoffrey Oryema et l'ONB. Idir rassemble ici ceux qui prônent l'ouverture culturelle ainsi que la reconnaissance des racines propres à chacun. En décembre, Idir a tout autant d'invités lors des deux soirées qu'il donne à l'Olympia. Autour de lui se succèdent Frédéric Galliano, le guitariste Thierry Robin et l'ONB.

L'identité, il la défend à nouveau en 2001 au cours du 21 Printemps berbère organisé au Zénith parisien, manifestation qui célèbre la culture berbère. Cette soirée de fête est renouvelée plus tôt que prévu, le 8 juillet 2001, toujours sous la houlette de Idir, lorsque de violentes émeutes ravagent la Kabylie. Le chanteur organise à cette occasion un grand concert toujours au Zénith de Paris où devant une salle pleine, de nombreux artistes soutiennent la révolte du peuple kabyle face au pouvoir central algérien.

En mai 2002, la maison de disques met sur le marché une compilation de nombreux titres de l'artiste : Deux rives, un rêve. Elle offre la possibilité d'écouter des inédits dont un titre écrit par Jean-Jacques Goldman, (Pourquoi cette pluie ?) qui évoque le terrible déluge qui s'est abattu sur la ville d'Alger en novembre 2001.

Idir débute une nouvelle tournée le 20 septembre 2002 au Zénith de Paris, avant de partir sur les routes jusqu'en décembre de la même année. En 2004, il signe une tribune dans le journal Libération, avec de nombreux artistes, intellectuels et scientifiques du Maghreb, et au delà, pour « retrouver la force d'une laïcité vivante ».

En 2005, encouragé par sa maison de disques, Idir sort un CD live et un double DVD : Entre scènes et terres, qui concorde avec ses trente ans de carrière. Une façon originale de présenter cet homme discret aux valeurs fortes. Un documentaire déroule son parcours, de la Kabylie aux scènes du monde entier. L'occasion pour lui de « faire un bilan avant de passer à autre chose ». Il se produit le 9 avril 2006 sur la scène de la Cité de la musique à Paris. Un concert donné dans le cadre d'un cycle « chanteurs kabyles » où figurent aussi Akli D ou Takfarinas.

En 2007, en pleine campagne présidentielle française, Idir signe un album non politique mais républicain : La France des couleurs. L'album, « défend les couleurs de la France » comme aime à le répéter l'artiste lui-même. Sur cet album, il invite la jeune génération à composer avec lui des chansons autour de ce thème qui lui est cher, l'identité. De nombreux artistes comme Akhenaton, Grand Corps Malade, Zaho et beaucoup d'autres posent ainsi textes, rage et sensibilités aux côtés du tonton kabyle.

Pendant l'été de la même année, Idir fait en solo, une tournée hexagonale. Le 18 mars 2012, sa mère décède à l'âge de 96 ans d'une maladie.

Un nouvel album paraît le 4 février 2013. Ce nouvel opus, Adrar Inu (« Ma montagne »), est un retour aux sources, une œuvre intimiste, la plus personnelle de son répertoire. Il comprend notamment un titre consacrée à la mémoire de sa mère. Mais pour autant, il inclut également l'adaptation d'un air britannique du , Scarborough Fair, une reprise d'un tube des Who (disponible uniquement en téléchargement), et un morceau de Beethoven.

Style de musique

La musique d'Idir nait de l'association de différents instruments, mais celui qui est à la base de son œuvre est bien la flûte du berger kabyle. Il s'agit d'ailleurs du premier instrument dont il a appris à jouer dès son plus jeune âge : "au village, les enfants que nous étions se transformaient en bergers dès la sortie de l'école. Et tailler une flûte dans un roseau allait de soi. Quand une mélodie me vient, je la teste d'abord à la flûte."Alger : "un coopérant français m'a enseigné les premiers accords. Mais j'ai vite cherché à reproduire sur les cordes les cadences des percussions traditionnelles, le tambourin et le bendir."<ref name="Libé022013" />.

Les sonorités entremêlées des guitares, flûtes et autre darboukas caractérisent la musique d'Idir.

Écrites en kabyle ou en français, ses chansons ont cependant une portée universelle et se veulent mondiales. D'où le qualificatif de World Music souvent donné à cette œuvre.

Les sujets de ses chansons recouvrent différents thèmes comme l'exil (A Vava Inouva), la fête (Zwit Rwit) ou encore l'émotion et les souvenirs (Ssendu). Textes écrits par Benmohammed.

Ce style de musique se veut profond, déclenchant l'émotion et la nostalgie. Bon nombre des chansons d'Idir ont fait l'objet de reprises multiples, et elles ont toujours - année après année - une place de choix dans la programmation musicale des mariages kabyles (et autres).

Idir participe aussi à un duo très symbolique (Azwaw 2) avec le chanteur algérien de musique raï Cheb Mami, sur l'album de ce dernier intitulé Meli Meli.

Jean-Jacques Goldman a écrit les paroles sur une musique d'Idir de la chanson Pourquoi cette pluie ?, issue de son album Deux rives, un rêve.

Il a collaboré avec de nombreux artistes R&B et Rap du moment tels que Zaho (Tout ce temps, La France des couleurs), Sinik, Amine, Leslie, Sniper, Willy Denzey, Nadiya, Corneille, Yannick Noah, Tiken Jah Fakoly (La France des couleurs). Grand Corps Malade lui a écrit la chanson Lettre à ma fille sur une musique composée par Tanina, la fille de Idir.

Discographie

.

  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • .
  • Vidéos

    • .
    • .
    • .
    • .

    Articles connexes

    • A Vava Inouva
    • Berbères

    Liens externes

    Idir
     
    Newsletter musicMe
    Recevez gratuitement chaque semaine
    toute l'actualité musicale de musicMe