Biographie de Akon

Naissance : le 16 avril 1973 à Saint-Louis dans le Missouri

Univers : RnB américano-sénégalais

Ses trois albums clés, incontournables : Trouble, Konvicted, Freedom

Un pseudo pas tout à fait innocent

Alioune Badara Thiam choisit Akon comme nom d’artiste, ce qui signifie prisonnier en anglais (Akon proviendrait de Konvict), après son emprisonnement pour vol de voitures.

Au début des années 2000, peu après sa dernière sortie de prison où il aura passé 3 ans au cours de plusieurs peines, Akon se construit un petit home studio, réalise des enregistrements et soumet ses chansons à SRC / Universal.

En 2004, il sort son premier single Locked Up  et un premier album Trouble. Son arrivée sur la scène musicale semble convaincre le public.

Les racines du chanteur

Il grandit au Sénégal les 7 premières années de sa vie, puis la famille Thiam émigre aux Etats-Unis (Union City, New Jersey). Ses parents sont tous les deux musiciens et aident le jeune Akon à apprendre à jouer de divers instruments.

Akon aurait trois femmes et cinq enfants. Toutefois, sa maison de production, Universal, refuse de communiquer sur la polygamie du chanteur.

Fier de ses racines africaines, Akon n’a pas oublié ses origines. En 2007, il a ainsi créé la Fondation Konfidence Foundation afin de venir en aide aux enfants défavorisés d’Afrique.

Le succès est vite au rendez-vous pour Akon

Locked Up  intègre rapidement le top 10 américain et le top 5 au Royaume-Uni. Le titre est également remixé en différentes versions selon les pays.

En 2005, l’album Trouble se classe numéro un au Royaume-Uni et ce grand succès fait écho en Nouvelle-Zélande et en Australie. Cependant, le chanteur va connaître une tragédie en décembre 2005. Cette année-là, son manager, Robert Montanez, est en effet tué lors d’une querelle de rue.

Akon participe la même année à l’album des Fugees The Score. Mais il quitte rapidement le groupe, préférant poursuivre une carrière solo.

En 2007, son deuxième album Konvicted lui vaut une nomination aux Grammy Awards pour la chanson Smack That . Il fonde également le label Konvict Muzik et collabore sur quelques chansons avec Snoop Dogg, Eminem, Styles P et Brick & Lace. Le single de son second opus, en duo avec Snoop Dogg et intitulé I Wanna Love You , reste premier pendant plusieurs semaines dans le classement américain.

Peu de temps après, l'édition Deluxe de l'album est certifiée platine et double platine au bout de 16 semaines, puis triple platine avec 3 000 000 d’exemplaires vendus aux Etats-Unis selon la RIAA. Il se vend dans le monde entier à plus de 4 millions d'exemplaires.

Un rappeur qui aime les collaborations

En 2006, Akon crée son label Kon Live Distribution chez Interscope Records. Son premier artiste signé est Ray Lavender. Il apparaît aussi sur l'album de Gwen Stefani, The Sweet Escape (deuxième place au Billboard Hot 100.)

Akon collabore avec Dreams Come True sur la chanson Sweet Dreams pour le jeu Sonic the Hedgehog sur Xbox 360. Il se joint également à 50 Cent sur la chanson I’ll still kill  de son album Curtis.

En 2007, Akon enregistre un remix de Wanna Be Startin 'Somethin' de Michael Jackson. En février 2008, le remix sort à l'occasion de l'anniversaire de la sortie de l'album Thriller.

A la fin de l’année 2008, Akon sort son album Freedom, avec Right Now (Na Na Na)  ou encore We Don't Care .

Une fois de plus, il frappe fort. L’album certifié or dépasse les 600 000 ventes en quatre mois. En 2009, la chanson Beautiful  fait plus de 35 millions de pages vues, avec 1,4 millions de ventes aux États-Unis et 3,1 millions de ventes à travers le monde.

Travaillant toujours avec les plus grands et produisant une musique de qualité, Akon est appelé pour Hold My Hand  en 2010, premier single de l'album Posthume de Michael Jackson intitulé Michael.

En novembre 2010, il collabore avec le français Booba et l’indienne Shahrukh Khan. De nouveau en duo, avec le rappeur Asher Roth, ils sortent le featuring Last Man Standing en 2011.

En juillet 2012, Akon participe au single Like Money des Wonder Girls.