Biographie de Alicia Keys

Naissance : le 25 décembre 1980 à Harlem (Etats-Unis)

Chanteuse, pianiste, auteur-compositeur, actrice et productrice américaine

Surnom : princesse de la Soul

A 4 ans dans le Cosby show, à 30 ans passés sur le toit du monde, Alicia Keys est une artiste mondialement reconnue. Son don inné pour la musique et sa voix exceptionnelle lui ouvrent les portes du succès et la placent sur le devant de la scène musicale internationale depuis plus de 10 ans.

Enfance new-yorkaise

Enfant unique, Alicia Keys a été élevée par sa mère, Nikki Augello, dans le quartier de New York appelé Hell’s Kitchen. Attirée très tôt par la musique, elle commence les cours de piano à l’âge de 7 ans. Sa mère, convaincue du potentiel musical de sa fille, la fait entrer à la prestigieuse école des arts et de la performance professionnelle de Manhattan. Alicia Keys s’y épanouit et se spécialise rapidement dans la chanson. Avec un parcours excellent, elle est diplômée dès l’âge de 16 ans. De nombreuses maisons de disques l’ont déjà repérées pendant ses années d’études et se battent pour la faire signer chez elles. Elle prend la décision de signer chez Arista Records en 1998. Au même moment, elle est acceptée à l’université de Columbia avec une bourse universitaire complète. Elle ne va à l’université que pendant un mois avant d’abandonner afin de se consacrer entièrement à sa musique.

Le premier contrat

En 1999, son producteur Clive Davis, le directeur de Arista Records, quitte la maison de disque pour créer J Records. Alicia Keys décide de le suivre car il est l’un des producteurs qui a géré la carrière d’Aretha Franklin. Contrairement à de nombreux artistes de sa génération, Alicia Keys ne fait pas que chanter, elle écrit et produit sa propre musique. Au sein du label J Records, Alicia Keys trouve la liberté dont elle rêvait pour débuter sa carrière, mais aussi une aide matérielle indispensable à ses débuts. Clive David orchestre minutieusement l’arrivée médiatique d’Alicia Keys avant la sortie de son premier album, en lui proposant des apparitions télévisées ou encore des apparitions dans les soirées clés de l’industrie musicale. Le premier album d’Alicia Keys Songs in A minor sort en 2001 et connaît un succès immédiat. L’album se vend à plus de 12 millions d’exemplaires à travers le monde et sera désigné six fois disque de platine. Les critiques saluent aussi bien la musicalité de l’album que sa maturité.

Aux Grammy Awards de 2002, Alicia Keys s’impose totalement en remportant les prix de la chanson de l’année, de la meilleure chanson R&B, du meilleur album R&B, de la meilleure performance vocale féminine R&B et du meilleur nouvel artiste.

La consécration

Son nouvel album Diary remporte quatre Grammys en 2005. L’album se vend à plus de 618 000 exemplaires la première semaine en décembre 2003, un record à l’époque. Il se vend au final à 8 millions d’exemplaires à travers le monde, ce qui fait de cet album le second album de R&B le mieux vendus de tous les temps. Le second single de l’album If I ain’t got you sort en 2004 et va se placer directement dans le top des classements. A la demande de la chaine MTV, Alicia Keys réalise son premier album live Unplugged enregistré au Brooklyn Academy of Music. Un succès mondial avec deux millions d’exemplaires vendus dans le monde.

Le troisième album d’Alicia Keys, As I Am, voit le jour en 2007 et connait un succès immédiat. L’album se vend à plus de 4 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et atteindra 6 millions d’exemplaires à travers le monde. Les deux titres phares de cet album sont No One et Teenage Love Affair. La chanson No One lui fera remporter le prix de meilleure artiste féminine R&B aux Grammy Awards de 2008. Une cérémonie qu’elle a ouverte sur la chanson Learnin’ the Blues  de Franck Sinatra. En 2009 elle remporte le même prix pour la chanson Superwoman.

Une artiste aux multiples facettes

En 2007, Alicia Keys fait ses débuts en tant que comédienne et elle joue le rôle de Georgia Sykes, une tueuse, dans le film Smokin’Aces. La chanteuse subit un entrainement intense pour son rôle et s’implique complétement dans ce projet. En 2009, elle joue dans le film Le Secret de Lily Owens en compagnie de Queen Latifah, Dakota Fanning et Jennifer Hudson. Le film est inspiré du roman Sue Monk Kidd. A la même époque, elle fait équipe avec Jack White pour enregistrer Another Way to Die, la chanson du nouveau James Bond Quantum of Solace, ce qui sera le premier duo enregistré pour un James Bond.

Alicia Keys enregistre en 2009, en duo avec Jay-Z, une chanson en hommage à New York. Les deux chanteurs originaires de la grosse pomme réalisent un énorme succès avec Empire State of Mind , le premier single de l’album Blueprint 3 du rappeur. Leur performance scénique lors des MTV Video Music Awards et des American Music Awards propulsent le titre au sommet des classements.

La popularité de la chanson n’aide pas au succès du quatrième album d’Alicia Keys : The Element of Freedom. Les deux premiers singles de l’album Doesn’t Mean Anything et Try Sleeping with a Broken Heart n’ont pas eu le succès escompté. Un succès en demi-teinte qui n’empêche pas l’album de se vendre à plus de trois millions d’exemplaires. L’un des titres qui fonctionne le mieux est celui enregistré en duo avec Drake, Un-thinkable (I’m ready). Un album qui arrive en première place du classement britannique et c’est une première dans la carrière d’Alicia Keys.

Girls on Fire

Alicia Keys présente les deux premiers singles de son nouvel album à partir d’avril 2012, tout d’abord Not Even the King , co-écrit par Emeli Sandé, puis New Day . Le plus grand succès de cet album est le titre Girl on fire  en duo avec Nicki Minaj. Entre 2012 et 2014, Alicia Keys noue de nouveaux partenariats commerciaux avec notamment Reebok, qui créé une collection à son nom. Début septembre 2014, Alicia Keys utilise les réseaux sociaux pour présenter sa nouvelle chanson We are Here , un avant-goût de ce que sera son sixième album.

Une carrière humanitaire

L’un des plus importants combats humanitaires d’Alicia Keys est l’association Keep a Child Alive. Une association qui apporte du soutien et des traitements à des familles atteintes du sida en Afrique et en Inde. Alicia Keys a été particulièrement touchée par la détresse de ces familles lors d’un de ces voyages, elle rejoint alors Leigh Blake dans son combat avec la création de Keep a Child Alive. L’association a vu le jour en 2003 et n’a cessé de se développer depuis. Elle organise chaque année Black Ball, une soirée de charité permettant de récolter des fonds pour l’association. De nombreuses personnalités et artistes l’ont rejoint pour soutenir cette cause. Alicia Keys a été décorée en 2008 pour son engagement humanitaire par le BET awards.