Biographie de Bob Marley

Naissance : le 6 février 1945 à Nine Miles (Jamaique)

Chanteur, auteur, compositeur, interprète jamaïcain

Univers : reggae, ska, rocksteady

Des générations ont été bercées par les mélodies reggae et empreintes d’histoire de Bob Marley. Il fait partie des artistes intemporels.

La Jamaïque de Bob Marley

Robert Nesta Marley est né le 6 février 1945 à Nine Miles en Jamaïque. Il grandit dans les collines jamaïcaines avec un père âgé, capitaine de travaux, et une mère très jeune qui a seulement 17 ans à sa naissance. Leur union ne convient pas à tout le monde car à cette époque un blanc n’épouse pas une noire. Son père ne s’est jamais vraiment occupé de Bob Marley même s’il a essayé. Après les années difficiles connues avec son père, il décide de prendre sa vie en main et sait déjà qu’il veut devenir chanteur. Il continue de fréquenter l’école et d’apprendre les travaux des champs.

Son grand-père, qui a grandement contribué à son éducation, joue du violon et de l’accordéon. Il a aussi un oncle, musicien semi-professionnel. Le jeune homme est élevé dans une famille religieuse et accompagne sa mère toutes les semaines à l’église. C'est l’occasion pour lui de chanter du gospel. Il déménage avec sa mère à Kingston en 1957, dans un quartier pauvre. Ils emménagent avec le compagnon de sa mère, Thadeus Livingston. Ce dernier a un fils d’une précédente union : Neville « Bunny » Livingston. Sa mère a une fille avec Thadeus appelée Pearl. Neville et Nesta commencent à chanter ensemble, ils chantent des chants d’église ou des cantiques. Les adolescents créent eux-mêmes leurs instruments et débutent leurs premières mélodies.

Les difficiles débuts avec le groupe The Wailers

Nesta fait une formation pour devenir soudeur en 1962, mais un accident de travail remet en cause sa carrière manuelle. Un collègue de travail, accidenté lui aussi, lui conseille d’essayer de trouver un producteur. Nesta décide donc de se consacrer à la musique. Il enregistre ses premiers titres dans la maison de disques Beverley’s, notamment Judge Not et One Cup of Coffee et un autre titre qui ne voit pas le jour, Terror. Trois morceaux qui montrent les thèmes qu’il abordera tout au long de sa carrière. Les deux premiers titres vont voir le jour en Angleterre. Une époque durant laquelle il rencontre Jimmy Cliff et va se produire à plusieurs reprises avec lui.

Nesta et Bunny rencontrent Winston Hubert qui leur apprend à jouer de la guitare. Nesta, Bunny, Winston Hubert et Junior Baithwaite forment un groupe : The Wailers. Le groupe apprend à chanter grâce au soutien de Joe Higgs. Deux autres chanteuses rejoignent le groupe : Beverly Kelso et Cherry Green. Le groupe chante de la soul américaine et des reprises de doo-wop. Le groupe se produit chez Studio One. L’un des membres des studios Coxsone Dodd souhaite que le groupe compose ses propres chansons. Junior devient le leader du groupe, notamment sur les chansons Habits, Straight and Narrow Way ou encore It Hurts To Be Alone.

Bob Marley commence cependant à s’imposer et chante fin 1963, Skimmer Down qui est un succès dans la presse mais surtout dans toute la Jamaïque. Malgré leur succès, ils ne parviennent pas à gagner assez d’argent. Le groupe Skatalites les accompagne pendant deux ans entre 1963 et 1965 et ils vont composer plus d’une centaine de titres pendant cette période. Plusieurs titres de Bob Marley sortent du lot comme Cry to Me, One Love et Love And Affection. The Wailers rencontre un grand succès dans son pays. Bob Marley se marie en 1966 avec Alpharita Consticia « Rita » Anderson, qui fait partie des Soulettes, groupe encadré par Bob chez Studio One. Rita tombe enceinte et leur besoin d’argent les pousse à se rendre aux Etats-Unis où vit la mère de Bob avec son nouveau mari. Son départ marque la fin de sa collaboration avec Studio One.

Le nouveau départ aux Etats-Unis

Au début de l’automne 1966, Bob Marley utilise l’ensemble de ses économies pour créer son propre label de disques : Wail’n’Soul’m. Bob Marley est accompagné des Wailers pour ses premiers titres : Bend Down Low et Freedom Time. Bob Marley continue de bien s’entourer et enregistre plusieurs 45 tours avec par exemple Winston Wright ou Gladstone Anderston. Afin de promouvoir leur musique, Bob, Rita, Peter et Bunny décident d’ouvrir leur magasin de musique où ils vendent leurs disques. Etre un label indépendant s’avère difficile à gérer. Une rencontre va changer la donne en janvier 1968. Bob, Rita et Peter Tosh croisent le chanteur Johnny Nash et son agent Danny Sims, ces deux derniers souhaitant développer le rocksteady aux Etats-Unis.

Bob Marley et The Wailers vont rapidement commencer à enregistrer pour eux. Peu de temps après, Danny Sims leur fait signer un contrat. Ils enregistrent sous le nom de Bob, Rita et Peter, quelques morceaux soul et rock comme Rock to the Rock, How Many Times, Nice Tim ou encore Chances Are. De nombreux musiciens prennent part à ces enregistrements, notamment Hugh Malcom, Denzel Laing ou Hugh Masekela. Malgré des titres réussis, les Wailers ne parviennent toujours pas à atteindre le succès. Bob Marley repart pour les Etats-Unis en 1969 pour trouver un emploi, il finit par travailler dans une usine.

Lorsqu’il revient dans son pays avec quelques économies, les Wailers créent le studio Tuff Gong. Bob Marley a pour la première fois l’occasion d’enregistrer avec les frères Barrett (Aston et Carlton), ce qui n’est que le début de leur collaboration. Ils enregistrent ensemble Black Progress, un album sur lequel on peut trouver Black Progress (version) et Hold On to this Feeling qui sont les premiers dubs de Bob Marley à être publiés.

Entre 1968 et 1972, Bob et Rita Marley, Peter Tosh et Bunny Wailer rééditent quelques vieilles chansons avec JAD Records à Kingston et Londres. En 1968, Bob et Rita rencontrent Jimmy Norman, qui écrit des chansons dans son appartement du Bronx. Norman écrit des paroles pour Kai Winding mais aussi pour Johnny Nash et Jimi Hendrix. La session de trois jours organisée avec Norman et les autres offre un enregistrement de 24 minutes sur lequel Bob Marley interprète ses propres compositions, celles de Norman et d’Al Pyfrom.

Bob Marley devient une légende du reggae

En 1972, Bob Marley signe avec CBS Records à Londres et embarque pour une tournée en Angleterre avec le chanteur américain Johnny Nash. Toujours en manque de succès, Bob Marley cherche à contacter Chris Blackwell qui a fondé deux maisons de disques : Trojan et Island Records. Convaincu du talent de Bob Marley, il rachète le contrat à Danny Sims et prête de l’argent à Bob Marley pour qu’il enregistre. Bob part alors Kingston pour enregistrer son album.

Afin de rendre plus commerciaux les albums de Bob Marley, Blackwell remixe les deux premiers albums à Londres en y ajoutant des guitares et des claviers. En 1973, deux albums sortent sous le nom des The Wailers : Catch a Fire et Burnin’. Le groupe enchaine avec une tournée à travers l’Angleterre. A la fin de leur tournée, Bunny Wailer annonce au groupe qu’il arrête. Peu de temps après, c’est Peter Tosh qui quitte le groupe, laissant Bob Marley à une nouvelle carrière en solitaire. Le nom The Wailers devient celui des accompagnateurs de Bob Marley avec notamment les frères Barrett. Le troisième opus de Bob Marley à voir le jour est Natty Dread sur lequel il collabore avec le guitariste Al Anderson.

En juillet 1975 sort Live !. L’album, enregistré lors d’une performance à Londres, contient notamment l’un de ses plus grands succès No Woman No Cry  sans oublier Rastaman Vibration. La rencontre de Bob Marley avec Eric Clapton aboutit à la reprise de I Shot the Sheriff  par la star du reggae, un succès qui permet de développer le reggae.

Bob Marley et son équipe se font attaquer le 3 décembre 1976 juste avant un concert. Bob Marley a été touché par une balle, sa femme aussi et son manager est grièvement blessé. Des événements qui inspirent la chanson Ambush In The Night qui apparaît sur l’album Survival sorti en 1979. Ne se sentant plus en sécurité dans son pays, Bob Marley décide de quitter la Jamaïque pour finir par atterrir à Londres. Un exil qui lui permet d’enregistrer les albums Exodus et Kaya, qui sont de véritables succès avec entre autres le titre Punky Reggae Party en duo avec Lee Scratch Perry. Sans oublier les titres internationaux Jamming et Waiting in Vain. Lors d’un examen médical banal suite à un accident de football en 1977, les médecins lui découvre un mélanome malin.

Cela ne l’arrête pas et il se produit sur scène en Jamaïque en 1978. Enchainant les tournées, il s’arrête juste pour enregistrer un nouvel album en public, Babylon by Bus enregistré au Pavillon de Paris. Bob Marley se produit avec The Wailers dans le monde entier. En 1980 les médecins lui découvrent cinq tumeurs dont trois au niveau du cerveau. Sans en parler à personne, il continue de se produire avec notamment un passage au Bourget devant plus de 50 000 personnes. Malgré plusieurs essais de traitements, Bob Marley décède le 11 mai 1981.

Bob Marley laisse au monde un héritage indescriptible qui traite de sujets toujours actuels et qui parlent à des millions d’êtres humains. Il a donné une autre dimension au reggae, il a permis au travers de sa musique la diffusion du reggae partout dans le monde. Un héros pour certain, un exemple pour d’autres, Bob Marley garde cette image de sagesse et de courage qui a fait sa notoriété. Il est impossible d’imaginer aujourd’hui que les générations à venir ne sachent pas qui est ce jamaïcain avec des dreadlocks qui a marqué les années 70-80.