Biographie de Jean-Michel Jarre

Naissance : le 24 août 1948 à Lyon

Compositeur français

Univers : musique électronique, musique de variétés, musique progressive

La musique dans le sang

Jean-Michel Jarre voit le jour le 24 août 1948 à Lyon. Il grandit dans une famille où la musique est centrale, inspiré par son père Maurice Jarre qui compose des musiques pour le cinéma. Son inspiration lui vient aussi de son grand-père, qui est l’un des inventeurs de la table de mixage utilisée par les radios en France. Son père quitte le domicile familial en 1953 et part pour les États-Unis. Le jeune homme grandit en banlieue parisienne. Très jeune, il débute l’apprentissage du piano. Il suit sa mère au « Chat qui pêche », une boite de jazz dont l’une de ses amis Mimi Ricard est l’une des propriétaires. Il fait alors la connaissance de figures du jazz comme Archie Shepp, Don Cherry ou encore Chet Baker qui l’initient à leur passion. Le jeune homme se passionne pour la musique avec le soutien inconditionnel de sa mère. Il commence des cours au Conservatoire de Paris avec comme professeur Jeanine Rueff. Il intègre plusieurs formations rock et jazz et participe au film Des garçons et des filles d’Étienne Perrier, il chante notamment deux titres Let me take your hands et I feel so down.

Après des études de littérature, il fait la connaissance de Pierre Schaeffer et entre au Groupe de recherches musicales qui réunit des musiciens et des chercheurs en musicologie. Le jeune musicien se passionne rapidement pour la musique électro-acoustique. Il fait la connaissance des compositeurs Bernard Parmegiani et Karlheinz Stockhausen. Ses premières compositions voient le jour en 1969 et sont destinées à la maison des jeunes et de la culture de Reims. Ses deux premiers titres sont Happiness is a sad song et Erosmachine. Des titres qui sortent en quelques copies en 1971. La même année, le chorégraphe Norbert Schmucki lui propose de composer un morceau pour l’inauguration du nouveau plafond crée par Chagall à l’Opéra de Paris. Jean-Michel Jarre devient le plus jeune créateur de musique dont les compositions sont jouées à l’opéra. Sa notoriété ne fait alors que grandir. L’année suivante, il crée le générique de l’émission Sport en fête de Michel Drucker. Il compose aussi deux morceaux pour le groupe Triangle : Récréation et Le matin du premier jour. A la même époque, il fait la connaissance de Philippe Besombes qui a la même vision que lui de la musique. Il commence en 1973 à travailler avec Dominique Webb, un magicien pour lequel il va composer les musiques de son spectacle à l’Olympia, des titres réunis dans l’album Hypnose. Il est aussi appelé par le cinéma et compose la bande originale du film Les Granges brûlées de Jean Chapot avec en tête d’affiche Alain Delon et Simone Signoret. A l’occasion de ce film, il signe son premier grand succès : Zig-zag. Son second opus, Deserted Palace, n’est pas distribué commercialement. Avec un nouveau nom de scène, Jamie Jefferson, il sort une nouvelle version de Pop Corn mais aussi le titre Black Bird. Il compose une partie des albums de Christophe : Les Paradis Perdus et Les Mots Bleus. En 1975, il écrit pour de nombreux artistes, comme Françoise Hardy avec les titres Que vas-tu faire ? ou Le compte à Rebours, ou pour Gérard Lenorman avec La Fille que j’aime, Parade, La Belle et la Bête ou encore La mort du Cygne.

Le succès d’Oxygène

En 1976, il commence à travailler sur un nouvel album : Oxygène, qui voit le jour en novembre. Il rencontre un énorme succès qui dépasse largement les frontières françaises. Il est alors récompensé du grand prix de l’Académie Charles Cros. La même année, il devient père pour la première fois d’Emilie. Le 45 tours Oxygène IV devient un succès international. Il se marie avec Charlotte Rampling en 1978 et devient père pour la seconde fois de David. La même année sort son album Equinoxe. Il travaille une fois de plus pour le cinéma sur le film La maladie de Hambourg de Peter Fleischmann. La public le découvre en véritable bête de scène en 1979 pour un concert le 14 juillet place de la Concorde : Paris Bleu Blanc Rouge devant plus d’1 million de personnes. Le spectacle est exceptionnel, les sons et lumières sont savamment travaillés et en prime Mick Jagger monte sur scène. Pour célébrer sa notoriété internationale et sa grande culture musicale, il est décoré de la médaille d’or de la SACEM.

Jean-Michel Jarre revient en 1981 avec Les Chants Magnétiques. La même année, il obtient l’autorisation de se produire en République populaire de Chine, une première pour un artiste occidental. Il y fait cinq représentations qui sont d’immenses succès. Il en tire ensuite un double opus intitulé Les concerts en Chine.

L’artiste vend aux enchères en 1983 sa composition Musique pour supermarché qui atteint le prix record de 69 000 francs, qu’il destine à aider des jeunes artistes.

Il revient en 1984 avec l’album Zoolook, un opus très différent de ses précédents. Sur cet opus, il collabore avec Laurie Anderson, Yogi Horton, Adrian Belew, Marcus Miller ou encore Frederick Rousseau. Il est récompensé d’une Victoire de la Musique du Meilleur album de musique instrumentale, une récompense qui lui est remise par Daniel Balavoine.

Rendez-vous aux Victoires de la Musique

L’album Rendez-vous voit le jour en 1986. Un énorme succès pour l’artiste qui est de nouveau récompensé d’une Victoire de la musique grâce notamment au succès du titre 4ème rendez-vous. Il enchaine avec plusieurs concerts exceptionnels. Au mois d’avril de cette même année, il réalise un spectacle de sons et lumières phénoménal au cœur de la ville de Houston devant plus d’un million et demi de personnes. Il entre une nouvelle fois dans le livre Guinness Records et gagne une nouvelle Victoire de la musique.

L’artiste sort Révolutions, son nouvel opus, en 1988. En octobre, il se produit pour deux représentations exceptionnelles sur les docks de Londres qui réunissent plus d’un million de personnes sous une météo catastrophique. L’année suivante, il compose la musique d’un documentaire sur le Commandant Cousteau, qui va aboutir à l’album En attendant Cousteau sorti en 1990. La même année, il donne un nouveau concert pour le 14 juillet : La Défense en concert. Encore une fois, il entre dans le livre des records avec plus de deux millions et demi de personnes présentes. Il est appelé en 1992 pour organiser le Swatch the World, un spectacle de sons et lumières pour la marque de montres suisse Swatch. Il entame une tournée avec ce même partenaire, ce qui lui vaut une nouvelle Victoire de la musique. En 1993, il revient avec l’album Chronologie. En 1994, il repart pour la Chine pour l’inauguration du Grand Stade de Hong-Kong. Et l’année suivante il participe au Concert pour la tolérance qui a lieu le 14 juillet aux pieds de la Tour Eiffel. Il participe à la création d’un site internet avec le Ministère de la Culture, appelé Un espace pour la tolérance.

Jean-Michel Jarre présente en 1997, Oxygène 7-13, qui rend hommage à son ami Pierre Schaeffer. Il entame en Europe la tournée Oxygène Tour. L’année suivante, il sort Odyssey Through O2. Il met en place un show pour clôturer la tenue de la Coupe du monde de football 1998 et présente aussi pour la première fois le spectacle Nuit électronique qui réunit plus de 600 000 personnes.

L’artiste célèbre l’an 2000 en organisant un show sur le site des pyramides de Gizeh : Les 12 Rêves du Soleil avec plus de 100 000 personnes présentes. Au début de l’année 2000, il revient avec l’opus Metamorphoses. En 2003, il compose un album pour le VIP Room : Geometry of love. L’année suivante, il est chargé de faire l’ouverture de l’année de la France en Chine au cœur de la cité interdite. En 2005, il se marie avec Anne Parillaud, dont il divorcera en 2010. Il revient en 2007 avec Téo & Téa et enchaine les showcases pour ce nouvel album. S’ensuit une nouvelle tournée en Europe : Oxygene Tour 2008. Il repart sur les routes en 2010 avec un spectacle qui fait le tour du monde et passe par le Palais Omnisport de Paris-Bercy. A cette période, il s’investit de plus en plus dans sa marque Jarre Technologies. L’année suivante il réalise un spectacle gratuit à Monaco pour le mariage du prince Albert II de Monaco et devient officier de la Légion d’honneur. En 2013, il se produit en Tunisie à Carthage lors du Festival International de Carthage. En 2014, il est récompensé par le magazine britannique Q, du prix de l’innovation.