Biographie de Joe Dassin

Naissance : le 5 novembre 1938 à New York (Etats-Unis)

Chanteur américain

Univers : variété, pop

Joe Dassin diffuse ses plus belles chansons d’amour à travers le monde, son charisme et son talent l’ancrent pour toujours dans le répertoire de la chanson française.

La naissance d’un acteur

Joe Dassin, de son vrai nom Joseph Ira Dassin, voit le jour le 5 novembre 1938 à New York. Ses parents sont américains, son père Jules Dassin réalise des films, sa mère Béatrice Launer est violoniste, il grandit avec ses sœurs Richelle et Julie. Il est élevé entre New York et Los Angeles, lorsque son père se retrouve dans des conflits politiques, la famille s’envole pour l’Europe. Le jeune homme part avec son père en tournage où il étudie dans de nombreux établissements scolaires. Après l’obtention de son baccalauréat, il entre à l’université du Michigan pour étudier les Indiens Hopis. Après l’obtention de son doctorat, il retourne en France afin de rejoindre son père avec qui il commence à travailler. Le jeune homme joue quelques petits rôles dans les productions de son père. En 1963, il fait la connaissance chez Eddie Barclay de sa future épouse Maryse Massiera. Il commence à écrire des articles pour le magazine Playboy ou le New Yorker. Il joue dans le film de Jean-Paul Savignac : Nick Carter et le trèfle rouge. Sa femme donne l’une de ces démos à CBS qui voit en lui l’occasion de signer leur premier artiste français. Ensemble, ils enregistrent plusieurs titres. L’année suivante en 1965, il fait paraitre un nouvel EP avec le titre Je vais mon chemin. Un nouvel échec pour le chanteur. Son premier succès arrive en 1965 avec un nouvel EP, Bip-bip, même si le succès est moindre il lui permet de commencer à se faire un nom. Son titre passe à la radio. La même année il fait la connaissance de son futur producteur et nouvel ami, Jacques Plait. En 1966, il revient avec son nouvel EP marqué par les titres Ça m’avance à quoi ou encore Comme la lune. L’été de la même année, il fait paraître son premier single Guantanamera. Il monte aussi pour la première fois sur scène à Bruxelles. Son premier opus, Joe Dassin à New York, est enregistré à New York. Le succès n’est pas vraiment au rendez-vous mais sa popularité continue de grandir.

Le succès dans la musique

Lorsqu’il revient en 1967 avec Les Dalton, cette fois-ci il rencontre un immense succès. La même année, il écrit le titre Bébé Requin pour France Gall. A titre personnel il revient avec Marie-Jeanne et Tout bébé a besoin d’une maman. Son nouvel opus, Les Deux Mondes de Joe Dassin, voit le jour la même année. L’année suivante, il sort La Bande à Bonnot, quelques mois plus tard paraît Siffler sur la colline. Ce dernier est un immense succès et se vend à plus de 500 000 exemplaires, un titre certifié disque d’or. Joe Dassin, sort Ma bonne étoile, sur une musique italienne et un texte de Pierre Delanoë. Il se hisse au sommet des classements, il est certifié disque d’or. Pierre Delanoë va écrire de nombreux textes pour Joe Dassin. Toujours ensemble, les deux hommes reviennent avec Le Petit Pain au Chocolat, qui est un nouveau succès. En 1969, Joe Dassin a un infarctus. Cependant rien ne l’arrête, il repart en tournée. La même année, il revient par l’un de ses plus grands succès Les Champs-Élysées mais aussi Le Chemin de papa, des titres qui s’écoulent chacun à plus de 550 000 copies. En octobre, il monte sur la scène de l’Olympia, au même moment l’Académie Charles-Cros lui remet son grand prix. En 1970, il revient avec C’est la vie Lily et Billy le Bordelais, un opus qui se vend à plus de 440 000 exemplaires.

Une nouvelle époque

Toujours en 1970, il fait paraître L’Amérique et Cécilia. Un opus qui s’écoule à plus de 730 000 copies, L’Amérique devient l’un des classiques du chanteur. En collaboration avec Claude Lemesle, il sort deux nouveaux titres, La Fleur aux Dents et L’Équipe à Jojo, un opus qui se vend à plus de 740 000 exemplaires. Ensemble, ils font paraître de nombreux titres comme C’est bon l’amour, Un Cadeau de papa, La Luzerne ou encore Le Portugais. En 1971, il revient avec un nouveau titre, Elle était Oh, le seul titre extrait de son nouvel album à convaincre le public. Le succès est de nouveau au rendez-vous l’année suivante avec le titre Taka Takata avec plus de 300 000 copies vendues. Plus tard paraît La Complainte de l’Heure de Pointe, le premier extrait de son nouvel opus. Suivent Le Moustique et Salut les amoureux qui ne rencontrent pas le succès escompté. L’été suivant, il revient avec deux nouvelles chansons Je t’aime Je t’aime et La Chanson des cigales, le succès est en demi-teinte. Il espère retrouver le succès avec un nouvel extrait Fais-moi de l’électricité et fait la promotion des autres titres de l’album, mais les ventes ne décollent pas.

Il faut attendre la fin de l’année 1974 pour le retrouver au sommet avec les titres Vade rétro et Si tu t’appelles mélancolie. Les autres titres de l’album ne parviennent pas à se faire une place, seul Si tu t’appelles mélancolie sort du lot. L’année suivant il revient avec un autre de ses plus grands succès L’Été Indien, plus de 950 000 copies s’écoulent rien qu’en France et près de deux millions à l’international. La même année, il enregistre un nouvel opus avec des chansons d’amour. L’album se vend à 250 000 copies. Le premier extrait à voir le jour est le 45 tours composé de Ca va pas changer le monde et Il faut naître à Monaco. Puis suit le second extrait Et si tu n’existais pas et Salut. Le dernier extrait sort à l’été 1976, Il était une fois nous deux qui s’écoule à plus de 400 000 exemplaires. A la fin de l’année, il revient avec un nouvel opus, Les Jardins du Luxembourg. Le premier extrait éponyme ne rencontre pas le succès escompté. Deux autres chansons voient le jour À Toi et Le Café des Trois Colombes. L’album s’écoule à plus de 570 000 copies. Les Jardins du Luxembourg rencontre un succès phénoménal en Amérique du Sud. En 1977, il fait paraître de nouvelles chansons Et l’amour s’en va et Le Château de Sable. Son nouvel opus, Les femmes de ma vie, ne connaît pas le succès espéré.

Afin de célébrer ses 15 ans de carrière en 1978, Joe Dassin fait paraître 15 ans déjà. Un album qui s’écoule à plus de 100 000 copies. Il faut attendre l’été 1979 pour voir paraître son nouveau et dernier grand succès : Le Dernier Slow. A la fin de l’année 1979, le chanteur s’envole pour les Etats-Unis pour créer son nouvel opus Blue Country. Un album qui connaît un certain succès auprès des médias mais le public n’est pas au rendez-vous. A partir de l’année suivante son état de santé n’est plus très bon, son cœur est fragile. Son dernier opus, Le Marché aux Puces, sort en 1980. A la fin du mois du juillet, Joe Dassin est hospitalisé à Paris après un nouvel infarctus. Malgré ses problèmes de santé, il part en tournée en Europe. Pour se ressourcer, il s’envole pour Tahiti quelques jours plus tard, il décède d’un nouvel infarctus le 20 août 1980.

Joe Dassin reste l’un des plus grands interprètes français, ses chansons bercent plusieurs générations de romantiques et de passionnés.