Biographie de Jullie

Jullié est une commune française située dans le département du Rhône, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

Communes limitrophes

Toponymie

Histoire

Situé au nord du canton de Belleville, à la pointe extrême du département du Rhône, le village de Jullié est sans doute un des plus anciens du Beaujolais. Certains prétendent que son nom a été choisi pour honorer l'empereur Jules César, d'autres évoquent Juliacum (dérivé de Gentilice Julius). On peut aussi rappeler Julius Sextus Jonarius, questeur de Lugdunum (Lyon), qui fit don à la ville de la somme nécessaire pour 500 places au cirque.

Sous l'Ancien Régime, Jullié, paroisse du Beaujolais, ressortissait du diocèse de Mâcon, de l'archiprêtré de Vauxrenard et de l'élection de Villefranche.

Le nom de la commune est cité pour la première fois dans une charte de 913. Mais on ne sait rien de son histoire avant le . Jullié appartenait alors à Edouard de la Roche, seigneur de la Court, qui fit serment de fidélité et promesse d'aveu au sire de Beaujeu, en 1375. Pendant quelque temps, la justice de Jullié fut réunie à celle de Juliénas.

Politique et administration

Administration municipale

Intercommunalité

La commune fait partie de la communauté de communes Saône Beaujolais.

Population et société

Démographie

Enseignement

Manifestations culturelles et festivités

Santé

Sport

Économie

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Le château de La Roche (propriété privée) remanié par Aimé Charrier de La Roche (1602-1681) : grille d'entrée forgée, cour d'honneur et saut-de-loup, chapelle pentagonale du à dôme octogonal et pont tournant.
  • La chapelle de Vâtre (propriété privée) du , et 1942. On dit qu'un pèlerinage pour les enfants catarrheux existait le 25 juin à Saint-Jean-de-Vâtre, on dit aussi qu'à Jullié, à Saint-Paul (église paroissiale de Jullié) on allait en viage pour les convulsions des enfants (M. Violet dans un article publié en 1940 dans le "Bulletin des Amis de Tournus" -Les superstitions et croyances populaires-).
  • Église de Jullié : peintures murales du peintre Édouard Krug réalisées en 1874-1875, objets liturgiques et reliques de la Sainte Croix, de Saint Pierre, Saint Paul et de Marguerite-Marie Alacoque.
  • Le moulin scierie, le four à tuiles et le séchoir près de l'étang de la Roche sont en cours de réhabilitation.
  • La fontaine près de l'église, il se dit que c'est l'ancien socle de la croix du centre de la place, (mais c'est une légende!) La croix étant de nos jours au lieu-dit la Grand'Croix.
  • Mémorial inauguré le situé au col de la Sibérie en l'honneur des trois jeunes réfractaires au Service Obligatoire du Travail lâchement torturés et assassinés par la milice accompagnée des Allemands qui mirent le feu à l'hôtel de la Sibérie . Les ruines de l'hôtel sont encore visibles : Souvenons nous et n'oublions jamais (Voir en mairie de Jullié le document réalisé en 2009 par Messieurs P. Dailler et M. Dugas, archives communales, archives départementales)
  • Monument aux morts (face à l'église) œuvre de Félix Dumas sculpteur, statuaire et architecte lyonnais, artiste très connu, lauréat des Artistes Français à Paris, membre du jury de l'école nationale des Beaux Arts. Il réalisa un buste de son ami de Pierre Aguétant. (Voir archives municipales Jullié avec courrier Félix Dumas.)

Personnalités liées à la commune

  • Louis Charrier de La Roche, évêque de Versailles, enterré dans la chapelle du château de La Roche ou dans le caveau épiscopal de Versailles.
  • Pierre Aguétant, écrivain poète. L'une de ses œuvres, Le poème du Beaujolais, est inspirée de ses promenades à Jullié et ses environs. Dans son roman Les Noces de la terre et de l'amour, il situe une bonne partie de l'histoire à Jullié. Lors de l'inauguration du monument aux morts de Jullié, en 1923, l'un de ses poèmes, Les morts de la guerre, rendit hommage aux morts du village. Sur le monument, des vers de Pierre Aguétant sont gravés. Il est inhumé au cimetière de Jullié.
  • Mandrin, contrebandier. Lors de sa en octobre 1754, Mandrin demeura un jour à Jullié, le 7 octobre.
  • Édouard Krug (1829 - 1901), peintre. Il travaille dans l'église de Jullié (1874-1875) et réalise quatre peintures murales, deux Scènes de la vie de Saint Pierre et le Mariage de la Vierge, ainsi qu'une Conversion de Saint Paul (1875). Une cinquième peinture Les populations allant au Sacré Cœur de Jésus (signée en 1874), dans le fond du chœur de l'église de Jullié, est actuellement cachée, ayant été abîmée lors de la mise en place des vitraux au milieu des années 1950.
  • La famille Matrat : une véritable dynastie de compagnon sept charpentiers dont cinq furent compagnons de Devoir de Liberté.
    • Claude né à Jullié en 1860, "Beaujolais l'enfant du progrès".
    • Hippolyte né en 1863, "Beaujolais l'ami du progrès
    • Jean-Marie né en 1865 "Beaujolais le courageux".
Les trois frères sont passés par l'école de trait GUILLON à Romanèche-Thorins. Claude est particulièrement connu pour avoir participer avec VIANNAY et SUCHARD au projet se chef-d'œuvre des "Indiens" (terminé pour l' Exposition Universelle de 1900. et bouclera son itinéraire par l'œuvre de 1925: la construction du palais ds Arts Décoratifs. Jean-Marie donna la passion à son fils Joanny né en 1895 et reçu compagnon sous le même nom "Beaujolais le courageux, puis à son autre fils Marcel-Louis né en 1891. Hippolyte transmet lui à son fils Claudius né en 1888 lui-même élève de l'école Guillon avec le même nom de compagnon que son père. Le grand-père maternel, Antoine CINQUIN, du trio était déjà compagnon charpentier installé à Jullié. Il n'eut pas de fils.
  • D'autres compagnons de Jullié! : Jean-Baptiste CORSIN né à Jullié reçu comme compagnon charpentier en 1854 "Beaujolais la tranquillité", Joseph LACONDEMINE né à Jullié reçu compagnon menuisier à Mâcon en 1899 également "Beaujolais la tranquillité", SAVOYE Jean-Pierre, né à Jullié reçu en 1859 à Angoulême comme cordonnier "Beaujolais le bien estimé" REF: livre d'Yves BRONDEL Compagnonnage en Beaujolais aux XVIIIe XIXe et XXe siècles.
  • Claude DEMURE curé de Jullié lauréat du concours du curé le plus aimé de ses paroissiens;
  • Bruno GUEDEL artiste peintre contemporain.

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

  • Liste des communes de la Moselle

Liens externes

Notes et références

Notes

Références