Biographie de Léonard Cohen

Leonard Cohen, né le à Westmount, Montréal (Québec) et mort le à Los Angeles (Californie), est un auteur-compositeur-interprète, musicien, poète, romancier et peintre canadien.

Son premier recueil de poésies paraît à Montréal en 1956 et son premier roman en 1963.

Les premières chansons de Leonard Cohen (principalement celles de "Songs of Leonard Cohen", 1967) sont ancrées dans la musique folk, et chantées avec une voix grave. Dans les , ses influences se multiplient : musique pop, de cabaret et du monde. Depuis les années 1980, il chante accompagné de synthétiseurs et de choristes.

Dans tous ses travaux, Leonard Cohen reprend souvent les mêmes thèmes : l'amour-passion, la religion, la solitude, la sexualité et la complexité des relations interpersonnelles. Leonard Cohen assume sa dépression chronique depuis longtemps et ne se l'est jamais cachée ni ne l'a jamais cachée, allant jusqu'à en parler aux journalistes rassemblés à l'occasion de la conférence de presse sur son album "Old Ideas".

La poésie et les chansons de Leonard Cohen ont influencé de nombreux auteurs-compositeurs-interprètes et on compte plus de 1500 reprises de ses chansons. Cohen est introduit au Panthéon de la musique canadienne en 1991, au Panthéon des Auteurs et Compositeurs canadiens en 2006, au "Rock and Roll Hall of Fame" en 2008. Il est un Compagnon de l'Ordre du Canada (CC) depuis 2003 et Grand Officier de l'Ordre national du Québec (GOQ) depuis 2008, les plus hautes distinctions décernées respectivement par le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec.

Son œuvre poétique a été récompensée par le Prix Prince des Asturies des Lettres 2011.

Biographie

Enfance

Leonard Norman Cohen (Eliezer ben Nisan ha'Cohen) naît dans une famille juive aisée d'ascendance polonaise en 1934 à Westmount, municipalité huppée de la banlieue de Montréal au Québec. Son père, Nathan Cohen, est propriétaire d'un magasin montréalais de vêtements ; il meurt alors que Leonard a . Son grand-père paternel, Lyon Cohen, fut le premier président du Congrès juif canadien et fonda le "Canadian Jewish Times", premier journal juif de langue anglaise publié au Canada. Son grand-père maternel, Solomon Klinitsky-Klein, était rabbin. Il grandit dans une ambiance messianique, où l’on répète à l’envi au jeune enfant qu’il descend du grand-prêtre Aaron.

À l'adolescence, il apprend la guitare. Il formera plus tard un groupe d’inspiration "country folk", les "Buckskin Boys".

Jeunesse

Leonard Cohen effectue sa scolarité primaire à la "Roslyn School" de Westmount, et secondaire, à partir de 1948, à "Westmount High College". En 1951, il entre à l'Université McGill de Montréal.

À l'université, Leonard Cohen rencontre Irving Layton et Louis Dudek, qui l'aident à publier ses premiers poèmes dans une revue d'étudiants, CIV, abréviation de « civilisation » inventée par Ezra Pound.

Son premier recueil de poésies, "Let Us Compare Mythologies", paraît en 1956, édité par "McGill Poetry Series", alors qu'il n'est encore qu'un étudiant de premier cycle.

En 1959, Irving Layton lui présente Abraham Moses Klein. La même année, "The Spice Box of Earth" sort aux éditions McClelland & Stewart, et le rend célèbre dans les cercles de poètes, notamment canadiens. La même année, Leonard Cohen obtient une bourse d'études et part pour Londres. Sur place, il achète une machine à écrire Olivetti et un imperméable bleu chez Burberry (c'est celui qui apparaît sur la photo de l'album "Songs from a Room" ; il lui sera volé en 1968).

Il s'installe en Grèce, en , sur l'île d'Hydra, une île sans voitures qui accueillait une colonie d'artistes anglo-saxons, où il n'y avait ni eau courante ni électricité. Il y achète une maison qu'il gardera quarante ans et y écrit son livre "The Spice-Box Of Earth". Cohen publie "Flowers for Hitler" en 1964, et les romans "The Favorite Game" (1963) et "Beautiful Losers" (1966).

"The Favorite Game" est un roman d'apprentissage autobiographique sur un jeune homme trouvant son identité dans l'écriture. En revanche, "Beautiful Losers", s'il peut également être considéré comme un roman d’apprentissage, ne conduit pas au succès du personnage principal (« "AntiBildungsroman" »), selon une mode postmoderne contemporaine, Leonard Cohen détruit l'identité des personnages principaux en mêlant sacré et profane, religion et sexualité dans une langue riche et lyrique, mais aussi très crue.

Leonard Cohen parolier

Leonard Cohen s’installe aux États-Unis et commence à chanter dans des festivals folk. En 1966, Judy Collins fait de sa chanson Suzanne un hit. Cette chanson se réfère à Suzanne Verdal, l'ancienne épouse d'un ami personnel, le sculpteur québécois Armand Vaillancourt. Grâce à Judy Collins, Leonard Cohen fait sa première apparition scénique à New York le .

Leonard Cohen ne touche pas d'argent pour la chanson Suzanne : il s'est lié à un arrangeur qui doit retravailler la chanson, mais les deux hommes ne s'entendent pas, et l'arrangeur, après avoir travaillé sur la partition, lui apprend qu'il a signé les documents pour en posséder les droits. La bataille judiciaire dure jusqu'en 1984, et l'arrangeur propose à Leonard de lui revendre les droits au cours d'une rencontre dans un hôtel à New York. À la question de savoir combien il comptait les lui racheter, Leonard répondit : « un dollar ». Un accord est signé en 1987.

L'interprète

John H. Hammond fait signer Leonard Cohen chez Columbia Records. Son premier album, "Songs of Leonard Cohen", sort en 1967 et contient une version de Suzanne. L'album, empreint de noirceur, sera bien reçu par la critique. En 1969 sort l'album "Songs from a Room". Il est considéré comme l'album classique de Leonard Cohen, avec les tubes "Bird on the Wire", "Story of Isaac" et "The Partisan", le premier titre que Leonard Cohen chante en français.

Le 30 août 1970, Leonard Cohen chante lors du Festival de l'île de Wight 1970 : il se produit au pied levé, à du matin, juste après la prestation de Jimi Hendrix.

En 1977, l'album "Death of a Ladies' Man" est produit par Phil Spector, loin du minimalisme habituel de l'artiste. L'album est enregistré dans une atmosphère déplaisante. Cohen reniera le disque et n'interprètera que très rarement des chansons de Death of a Ladies' Man sur scène. Son disque suivant, "Recent Songs", plus classique, sort en 1979.

En 1982, il rencontre Dominique Issermann, qui réalise plusieurs portraits de lui et qui devient sa compagne. La même année, il écrit une comédie musicale, "Night Magic", qui fera l'objet d'un film présenté au festival de Cannes de 1985.

En 1984 sort "Various Positions", un album très spirituel, voire mystique, qui contient deux des chansons les plus célèbres de Cohen, Danse me to the end of love et Hallelujah. L'album remporte un bon succès en Europe, mais Columbia refuse de sortir l'album aux États-Unis, où Cohen a toujours eu un succès bien moindre qu'en Europe ou au Canada. La parution de Various Positions est suivi d'une tournée de plus de 80 concerts qui conduiront notamment Cohen en Pologne pour la première fois de sa carrière.

En 1986, il apparaît dans un épisode de Deux flics à Miami. Cette même année, la chanteuse Jennifer Warnes enregistre un album de chansons de Cohen qui contient deux compositions inédites (First we take Manhattan et Ain't no cure for love) et des reprises de classiques dont Joan of Arc, que Warnes et Cohen interprètent en duo. L'album, intitulé Famous Blue Raincoat, est un succès. Il sera disque d'or au Canada et atteindra la huitième position aux États-Unis.

En 1988, Cohen propose un nouvel album de chansons originales, "I'm Your Man". Dédié à son amie Dominique Isserman, l'album est enregistré à Montréal, Paris et Los Angeles, mais n'en est pas moins très homogène. Il marque un changement dans l'écriture, la composition et l'orchestration. Les synthétiseurs sont très présents, et l'écriture est plus engagée et teintée d'humour noir. Cohen chante ses propres versions de First we take Manhattan et Ain't no cure for love. L'album contient également une adaptation d'un poème de Federico García Lorca (Take This Waltz) et une composition coécrite par Cohen et Sharon Robinson, Everybody Knows.

En 1991, le magazine français Les Inrockuptibles produit un album hommage intitulé I'm your fan sur lequel des chanteurs et des groupes alternatifs, comme R.E.M., Peter Astor ou Geoffrey Oryema, interprètent des chansons de Cohen. Pour la circonstance, Cohen accorde un long entretien au magazine dans lequel il fait le point sur sa carrière.

L'année suivante, Cohen sort l'album "The Future". On y retrouve une nouvelle chanson écrite avec Sharon Robinson, (Waiting for the Miracle) et deux reprises, dont celle de Always, composée par Irving Berlin. L'album comprend plusieurs chansons relevant du commentaire politique, (The Future, Anthem, Democracy) et se termine sur une pièce instrumentale, Tacoma Trailer. Cette fois-ci, le succès est au rendez-vous tant en Europe et au Canada qu'aux États-Unis.

Le retrait

En 1994, suite à la tournée de promotion de The Future, Leonard Cohen se retire dans un monastère bouddhiste, le Mount Baldy Zen Center près de Los Angeles. En 1996, il est ordonné moine bouddhiste Zen, comme Jikan, Dharma dont le nom signifie « Le Silencieux ». Il quitte finalement "Mount Baldy" au printemps 1999. Pendant cette période il ne produit aucune chanson, jusqu'à l'album "Ten New Songs" en 2001, album très influencé par Sharon Robinson, et en 2004 "Dear Heather", fruit d'une collaboration avec sa compagne, la chanteuse de jazz Anjani Thomas.

En 2004, la fille de Leonard Cohen se rend compte que l'ancienne manager de son père, Kelley Lynch, a détourné USD. Il la poursuit en justice ; elle est condamnée à dix-huit mois de prison et 7,3 millions de dollars d'amende mais, insolvable, ne lui rendra rien.

En 2006, Leonard Cohen fait paraître un nouveau recueil de poèmes poésies, "Book of Longing" et "Blue Alert", coécrit avec Anjani Thomas. Parallèlement, le documentaire "Leonard Cohen: I'm Your Man" sort en salle. Il s'agit d'un assemblage d'interviews récentes réalisées pour les besoins du film, et de prestations "live" d'artistes (Nick Cave, Rufus Wainwright, Jarvis Cocker) lors d'un concert hommage. Il fait sa première réapparition publique dans une librairie de Toronto le 13 mai 2006, chantant "So Long, Marianne" et "Hey, That's No Way To Say Goodbye", accompagné par "The Barenaked Ladies" et Ron Sexsmith. En 2007, Philip Glass, le compositeur de musique contemporaine, met en musique son recueil "Book of Longing" et donne la première de l'œuvre, avec Leonard Cohen en récitant, le 1 juin 2007 lors du Luminato Festival de Toronto. Leonard Cohen réside dans le quartier dit « portugais » du Plateau Mont-Royal à Montréal, sa ville natale.

Le retour sur scène et la mort

2008 est l'année du grand retour sur scène de Leonard Cohen, âgé de , pour une tournée mondiale. Les critiques et le public sont enthousiastes malgré le prix élevé des places.

Leonard Cohen meurt dans la nuit du 7 au 8 novembre 2016 à 82 ans, trois mois seulement après Marianne Ihlen, sa muse. Alors qu'il souffre d'une leucémie aiguë myéloblastique, une simple chute à son domicile lui devient fatale.

Il est inhumé le à Montréal, sa ville natale, dans le cimetière juif de la où reposent de nombreux membres de sa famille. Sa mort est annoncée à l’issue de la cérémonie.

Un an après son décès, diverses initiatives sont organisées à Montréal afin de rendre hommage au poète. Un concert réussissant 15000 personnes s’est tenu au Centre Bell le 6 novembre, une murale à son effigie a été peinte sur une façade de 21 étages au centre-ville de Montréal et le Musée d’art contemporain de Montréal lui consacre .

Vie privée

Ses compagnes

En 1960, il rencontre sur l'île de Hydra la Norvégienne Marianne Ihlen qui sera sa muse et lui inspirera So Long, Marianne en 1968, ou Bird on the Wire en 1969. Après leur séparation, ils continueront à être très proches. En juillet 2016, apprenant que Marianne est mourante, Leonard Cohen lui écrira une dernière lettre, quelques jours avant qu'elle ne meure :

Pendant les années 1970, il vit avec Suzanne Elrod, dont il a deux enfants, Adam Cohen né en 1972, et Lorca Cohen, née en 1974.

Il a ensuite une relation avec Dominique Issermann puis avec Rebecca De Mornay.

Dans les années 1990, il quitte après cinq ans sa retraite zen pour une femme, Anjani Thomas, son ancienne choriste.

Leonard Cohen était grand-père : le , sa fille Lorca a eu une fille de Rufus Wainwright.

Un Juif pratiquant

Dans un article de 2009 du "New York Times" consacré à son retour sur scène, il est mentionné : "Monsieur Cohen est un juif observant qui respecte le Shabbat même lorsqu'il est en tournée et il chanta pour les troupes israéliennes durant la guerre israélo-arabe de 1973".

"Allen Ginsberg me posa la même question, il y a de nombreuses années. Eh bien, pour commencer, dans la tradition du Zen que j'ai pratiquée, il n'y a pas de service de prière et il n'y a pas d'affirmation de déité. Donc, théologiquement, il n'y a pas d'opposition aux croyances juives."

Malgré son amour pour Israël, il a également exprimé sa tristesse quant au militarisme qu’il rencontrait.

Leonard Cohen peintre

Leonard Cohen remplissait de nombreux carnets de croquis. Une exposition de ses œuvres lui est consacré en février 2010 à Montréal dans le cadre du festival de jazz.

Discographie

Albums studio

Albums en public

Compilations

Livres

  • "Let Us Compare Mythologies" (poésie), 1957
  • "The Spice-Box of Earth" (poésie), 1961 - Réédité en 1974 par Jonathan Cape (Londres) avec une couverture de Martin Vaughn-James
  • "The Favourite Game" (roman), 1963
  • "Flowers for Hitler" (poésie), 1964 - Réédité en 1973 par Jonathan Cape (Londres) avec une couverture de Martin Vaughn-James
  • "Beautiful Losers" (roman), 1966
  • "Parasites of Heaven" (poésie), 1966
  • "Selected Poems 1956–1968" (poésie), 1968
  • "The Energy of Slaves" (poésie), 1972
  • "Death of a Lady's Man" (poésie et prose), 1978
  • "Book of Mercy" (poésie, prose et psaumes), 1984
  • "Stranger Music" (poèmes choisis et textes de chansons), 1993
  • "Book of Longing" (poésie, prose, dessins), 2006

Œuvres traduites en français

  • |pages totales=299|isbn=}}
  • |pages totales=315|isbn=2-264-00874-1}}
  • |pages totales=255|isbn=}}
  • et |pages totales=408 et 379|isbn=2-264-03478-5}}

Filmographie

  • 1965 : "Ladies and Gentlemen, Mr. Leonard Cohen" (documentaire, biographie).
  • 1986 : Deux flics à Miami, a joué le rôle de Zolan dans l'épisode de la saison 2 : L’Échange
  • 2006 : "Leonard Cohen: I'm Your Man" (documentaire).
  • 2010 : Bird on a wire, documentaire de Tony Palmer, produit par ZDF consacré à la tournée de 1972)

Titres réutilisés au cinéma et à la télévision

  • 1971 : John McCabe de Robert Altman : The Stranger Son
  • 1971 : Fata Morgana de Werner Herzog : So Long, Marianne, Suzanne et Hey, That’s No Way to Say Goodbye
  • 1971 : Prenez garde à la sainte putain de Rainer Werner Fassbinder : Master Song, Sisters of Mercy, So Long, Marianne, Suzanne, Teachers et Winter Lady
  • 1973 : Huit heures ne font pas un jour de Rainer Werner Fassbinder : Joan of Arc
  • 1973 : The Second Coming of Suzanne de Michael Barry : Suzanne
  • 1975 : Comme un oiseau sur le fil de Rainer Werner Fassbinder : Bird on a wire
  • 1975 : Le Droit du plus fort de Rainer Werner Fassbinder : Bird on a wire
  • 1975 : Peur de la peur de Rainer Werner Fassbinder : Lover Lover Lover, Why don't you try
  • 1978 : Renaldo and Clara de Bob Dylan : Suzanne
  • 1978 : Le Renard (saison 2, épisode 12) : Suzanne
  • 1978 : Un mariage de Robert Altman : Bird on a wire
  • 1980 : Berlin Alexanderplatz (dernier épisode) de Rainer Werner Fassbinder : Chelsea Hotel
  • 1984 : Other Tongues de Derek May
  • 1985 : Farewell, Illusions de Petter Vennerød et Svend Wam : Bird on a wire
  • 1986 : Grandeur et décadence d'un petit commerce de cinéma de Jean-Luc Godard : The Guests
  • 1988 : Puissance de la parole de Jean-Luc Godard : Take This Waltz
  • 1989 : Les Matins infidèles de Jean Beaudry et François Bouvier : Suzanne
  • 1990 : L'Amour poursuite d'Alan Rudolph : Ain't No Cure For Love
  • 1990 : Comme un oiseau sur la branche de John Badham : Bird on a wire
  • 1990 : Pump Up The Volume d'Allan Moyle : Everybody Knows, If It Be Your Will
  • 1993 : Le 20 heures dans les champs de Chris Marker : Everybody knows
  • 1993 : Both Sides of the Water de Neil Livingston : Who by Fire
  • 1993 : Journal intime de Nanni Moretti : I'm Your Man
  • 1994 : L'Eau froide d'Olivier Assayas : Avalanche
  • 1994 : Exotica d'Atom Egoyan : Everybody Knows
  • 1994 : Tueurs nés d'Oliver Stone : Waiting for the Miracle, The Future
  • 1994 : When Night is Falling de Patricia Rozema : Hallelujah
  • 1995 : Homicide (saison 4, épisode 7) : Suzanne
  • 1995 : Le Péril jeune de Cédric Klapisch : Suzanne
  • 1995 : Portrait d'une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles de Chantal Akerman : Suzanne
  • 1995 : Strange Days de Kathryn Bigelow : Dance me to the end of love
  • 1996 : Basquiat de Julian Schnabel : Hallelujah
  • 1996 : Breaking the Waves de Lars von Trier : Suzanne
  • 1996 : Chronique d'une disparition d'Elia Suleiman : Manhattan, First We Take
  • 1996 : Lost and Found de Lee Chi-Ngai : Dance me to the end of love
  • 1997 : Love, etc. de Marion Vernoux : Take This Waltz
  • 2000 : Wonder Boys de Curtis Hanson : Waiting for A Miracle
  • 2002 : La Secrétaire de Steven Shainberg : I'm Your Man
  • 2003 : Adieu Pays de Philippe Ramos : Hey, That’s No Way to Say Goodbye
  • 2002 : L'Homme de la Riviera de Neil Jordan : A thousand kisses deep
  • 2003 : Nos meilleures années de Marco Tullio Giordana : Suzanne
  • 2003 : La Vie de David Gale d'Alan Parker : First we take, Manhattan
  • 2004 : À corps perdus de Sergio Castellitto : If It Be Your Will
  • 2004 : Le Dernier Trappeur de Nicolas Vanier : By the rivers dark
  • 2004 : Land of Plenty de Wim Wenders : The Land of Plenty, The Letters
  • 2004 : La Maison au bout du monde de Michael Mayer : Suzanne
  • 2004 : Nathalie... d'Anne Fontaine : Boogie Street
  • 2004 : Ralph de Michael McGowan : Hallelujah (chanté par Gord Downie)
  • 2004 : The Edukators de Hans Weingartner : Hallelujah (chanté par Jeff Buckley)
  • 2005 : L'Audition de Luc Picard : Hallelujah
  • 2005 : Lord of War d'Andrew Niccol : Hallelujah (chanté par Jeff Buckley)
  • 2006 : Délivrez-nous du mal d'Amy Berg : Hallelujah (chanté par Joseph Arthur)
  • 2006 : Playboy à saisir de Tom Dey : Dance me to the end of love (chanté par Madeleine Peyroux)
  • 2006 : The Backwoods de Koldo Serra : There is a war, Lover Lover Lover
  • 2007 : Festin d'amour de Robert Benton : Hallelujah
  • 2007 : Lucky You de Curtis Hanson : Dance me to the end of love (chanté par Madeleine Peyroux)
  • 2007 : The King of Kong de Seth Gordon : Everybody Knows
  • 2008 : Lovers d'Isabel Coixet : Dance me to the end of love
  • 2008 : MR 73 d'Olivier Marchal : Avalanche
  • 2008 : Ultime Évasion de Rupert Wyatt : The Partisan
  • 2009 : Good Morning England de Richard Curtis : So Long, Marianne
  • 2009 : Le Rêve italien de Michele Placido : Suzanne (chantée par Violante Placido)
  • 2009 : Passenger Side de Matthew Bissonnette : Suzanne
  • 2009 : Watchmen : Les Gardiens de Zack Snyder : Hallelujah
  • 2010 : Bébé mode d'emploi de Greg Berlanti : Hey, That’s No Way to Say Goodbye
  • 2010 : Le Bruit des glaçons de Bertrand Blier : A Thousand Kisses Deep
  • 2010 : Le Monde de Barney de Richard J. Lewis : I'm Your Man, Dance me to the end of love
  • 2011 : Le Jour où je l'ai rencontrée de Gavin Wiesen : Winter Lady
  • 2011 : Take This Waltz de Sarah Polley : Take This Waltz, Closing Time (chanté par Feist)
  • 2013 : Le Congrès d'Ari Folman : If It Be Your Will (chantée par Robin Wright)
  • 2013 : Miss Violence d'Alexandros Avranas : Dance me to the end of love
  • 2013 : Suzanne de Katell Quillévéré : Suzanne
  • 2014 : Félix et Meira de Maxime Giroux : Famous Blue Raincoat
  • 2014 : Wild de Jean-Marc Vallée : Suzanne
  • 2015 : L'Attente de Piero Messina : Waiting for A Miracle
  • 2015 : Mia madre de Nanni Moretti : Famous Blue Raincoat
  • 2015 : The Walk de Robert Zemeckis : Suzanne (chantée par Charlotte Le Bon)
  • 2015 : True Detective (saison 2) : Nevermind
  • 2016 : Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititi : The Partisan
  • 2016 : Infiltrator de Brad Furman : Everybody Knows
  • 2016 : Pete et Elliott le dragon de David Lowery : So Long, Marianne
  • 2016 : War Dogs de Todd Phillips : Everybody Knows

Distinctions

Prix Juno

Récompenses

Nominations

Autres prix

  • 2015 : Compagnon de l'Ordre des arts et des lettres du Québec
  • 2018 : Grammy Award de la meilleure interprétation rock pour la chanson « You Want it Darker », à titre posthume.

Albums, reprises et évocations

Albums consacrés à Leonard Cohen

On compte au moins de reprises dans le monde entier, non-anglophones pour la plupart.

Reprises

Beaucoup de chansons de Cohen ont été interprétées (et parfois traduites dans d'autres langues) par d'autres artistes, et certaines ont rencontré plus de succès que les versions de Leonard Cohen. Les plus connues sont : ). Adaptée en français par Serge Lama (Je veux vivre tout seul).
  • "Chelsea Hotel No. 2" par Rufus Wainwright, Lloyd Cole, "From First to Last", Regina Spektor et Lana Del Rey
  • "Dance Me To The End Of Love" par Misstress Barbara, Madeleine Peyroux, "The Dresden Dolls", "Klezmer Conservatory Band", "The Civil Wars", Zorita. Adaptée en français par Graeme Allwright (Danse-moi vers la fin de l'amour)
  • "Diamonds in the Mine" adaptée en français par Graeme Allwright (Diamants dans la mine)
  • "Everybody Knows" par Concrete Blonde, Don Henley, Dayna Kurtz, Rufus Wainwright, "The Duhks", Garou, "The CNK" et Kari Bremnes. Adaptée en français par Graeme Allwright.
  • "Famous Blue Raincoat" par Judy Collins, Tori Amos, Joan Baez, Lloyd Cole, Dax Riggs, Jonathan Coulton, AaRON, Jennifer Warnes, Angela McCluskey, Marissa Nadler, Damien Saez, Barbara Gosza
  • "First We Take Manhattan" par Joe Cocker, R.E.M., Jennifer Warnes, "Kid Harpoon", Enrique Morente et Sirenia. Adaptée en espagnol par Enrique Morente.
  • Hallelujah par Jeff Buckley, John Cale, Bono, Allison Crowe, k.d. lang, Bob Dylan, Rufus Wainwright, Enrique Morente, Regina Spektor, KOKIA, Kevin Max, "The Dresden Dolls", "Jazz Mandolin Project", Imogen Heap, "Pain of Salvation" et des dizaines d'autres. Adaptée en espagnol par Enrique Morente.
  • "Hey, That's No Way to Say Goodbye" par Judy Collins, Roberta Flack, Claudine Longet et Ian McCulloch. Adaptée en français par Georges Chelon ("Good Bye").
  • "In My Secret Life" par Katie Melua
  • "Is This What You Wanted" par "The Last Shadow Puppets". Reprise présente sur leur EP "The Dream Synopsis".
  • }}
    • par Judy Collins, Allison Crowe, Fabrizio De André, Lou Reed, Jennifer Warnes et Anna Calvi. Adaptée en français par Graeme Allwright (Jeanne d'Arc)
    • "Last Year's Man" adaptée en français par Graeme Allwright (L'homme de l'an passé)
    • "Lover, Lover, Lover" par Ian McCulloch. Adaptée en français par Graeme Allwright (titre inchangé)
    • "Priests" adaptée en espagnol par Enrique Morente.
    • "Seems So Long Ago, Nancy" (appelé Nancy) par Fabrizio De André et Cornelis Vreeswijk
    • "Sisters of Mercy" par "Strafe Für Rebellion", Emmylou Harris, Serena Ryder et Linda Ronstadt. Adaptée en français par Graeme Allwright (Les sœurs de la Miséricorde)
    • "So Long, Marianne" par James, John Cale, Suzanne Vega et "Straitjacket Fits". Adaptée en français par Georges Chelon (Adieu, Marianne)
    • "Song of Bernadette" par Bette Midler et Anne Murray
    • "Story of Isaac" par Roy Buchanan, Judy Collins et Suzanne Vega
    • Suzanne par Flying Lizards, Judy Collins, Fabrizio De André, Neil Diamond, Nick Cave, "Fairport Convention", Roberta Flack, Peter Gabriel, Nina Simone, Geoffrey Oryema et beaucoup d'autres. Adaptée en français par Graeme Allwright (titre inchangé), adaptation reprise par Nana Mouskouri, Françoise Hardy, Sylvie Vartan, Alain Bashung, Maurane, etc.
    • "Take this waltz" adaptée en espagnol par Enrique Morente.
    • "The partisan" par (avec Bertrand Cantat).
    • "The stranger song" adaptée en français par Graeme Allwright (l'étranger), puis en malgache par le groupe Lolo Sy Ny Tariny.
    • "Tonight will be fine" adaptée en français par Graeme Allwright (Demain sera bien)
    • "Tower of Song" par Lloyd Cole, "Nick Cave and the Bad Seeds", Marianne Faithfull, Martha Wainwright, "The Jesus and Mary Chain" et Tom Jones U2
    • "Who By Fire" par "The House Of Love", "Another Roadside Attraction", Lhasa et "Coil"

    Pour les francophones

    Pour ce qui est du public francophone, les adaptations de ses chansons par Graeme Allwright, à partir de 1968, ont beaucoup participé à leur célébrité (notamment Suzanne, L'Étranger, Les sœurs de la miséricorde, Vagabonde, De passage, Je voulais te quitter, Si c'est ta volonté et Danse avec moi jusqu'à la fin de notre amour).

    À l'inverse, il est parfois arrivé à Leonard Cohen de reprendre des chansons composées par d'autres en en proposant sa propre vision. La plus connue est certainement "Leaving Greensleeves" (album "A new skin for the old ceremony"), reprise du célèbre Greensleeves attribué au roi d'Angleterre. Remarquable également, "The Partisan", ré-interprétation de la Complainte du partisan écrite par Emmanuel d'Astier de la Vigerie avec une musique d'Anna Marly (coautrice par ailleurs avec Maurice Druon et Joseph Kessel du célèbre Chant des partisans). Autre chanson francophone qu'il mit à son répertoire : Un Canadien errant.

    La version revisitée par Leonard Cohen de la Complainte du Partisan fut à son tour reprise par Buffy Sainte-Marie en 1974 (sous le titre "Song of The French Partisan"), par "Sixteen Horsepower" & Bertrand Cantat, par Yules et par Electrelane.

    Le 11 juillet 2008, le site leonardcohenfiles.com recensait de Leonard Cohen.

    Évocations artistiques

  • L'auteur compositeur interprète Rufus Wainwright, dans sa chanson "want", dit :
  • Le titre de l'album "A Bird on a" Poire de Jean-Louis Murat est une référence à la chanson "Bird on the Wire".
  • Vincent Delerm dans son album Quinze chansons en 2008 a consacré la chanson "From a room" à l'album de Leonard Cohen du même nom. Le petit texte récité par Alka Balbir fait référence à l'image derrière la pochette de l'album "Songs from a Room".
  • Le groupe de rock gothique "The Sisters of Mercy" tire son nom de la chanson de Leonard Cohen du même nom.
  • Le groupe belge dEUS cite également le nom de Leonard Cohen dans la chanson "Smokers Reflect" sur leur album "Vantage Point", sorti en 2008.
  • Le groupe américain de pop psychédélique Mercury Rev cite son nom dans la chanson "A Drop In Time" de l'album "All Is Dream" :
  • La chanson "Come Healing" peut être entendue à la fin de l' de la sixième saison de la série "Sons Of Anarchy".
  • La chanson "Nevermind" est la musique du générique de la de "True Detective".
  • La chanson Everybody Knows est diffusée dans le générique de début du film Pump Up the Volume. Elle est également utilisée dans le générique de fin du film "The Program", dans le documentaire Demain et dans le film Exotica d'Atom Egoyan.
  • Le duo "Birds on a Wire", formé de Dom La Nena et Rosemary Standley, tire son nom de la chanson de Leonard Cohen du même nom.
  • Le groupe canadien a nommé une de ses chansons en son honneur.
  • }}

    Notes et références

    Notes

    Références Tordjman

    Autres références

    Voir aussi

    Bibliographie