Biographie de Maxime le Forestier

Naissance : le 10 février 1949 à Paris

Chanteur, compositeur français

Univers : variété française

Maxime Le Forestier traverse les époques avec simplicité et modernité sans décevoir son public.

En famille

Maxime Le Forestier voit le jour le 10 février 1949 à Paris. Son père est anglais mais grandit en Normandie et sa mère adapte des séries anglaises en français. Cette dernière est passionnée de musique et transmet cette passion à ses enfants, le jeune homme a deux grandes sœurs Anne et Catherine. Très jeune il commence l’apprentissage du violon qu’il pratique jusqu’à ses dix ans. Le jeune homme étudie dans un collège catholique puis poursuit au lycée Condorcet à Paris, jusqu’à la première où il se fait renvoyer à cause de son comportement. Sa mère lui fait connaître Georges Brassens, il est inspiré par la musique de ce dernier. Il commence la guitare à quinze ans et commence à faire de la scène avec sa sœur aux puces de Saint Ouen et dans un bar Chez Louisette. Lors de leurs prestations, ils font la connaissance de Georges Moustaki, avec qui ils sympathisent. Le chanteur propose aux deux jeunes gens d’interpréter ses chansons. Le duo cesse après quelques années pour suivre des projets personnels. En 1969, le chanteur doit faire son service militaire mais continue tout de même de chanter, il enregistre deux morceaux à cette époque Cœur de pierre, face de lune et Concerto sans frontières.

En 1970, il obtient un rôle dans le spectacle musical Oh ! America. A la fin du spectacle, il s’envole aux Etats-Unis avec sa sœur Catherine. A son retour, il reprend le chemin des studios et enregistre Mon frère  et L’éducation sentimentale puis San Francisco  et Ça sert à quoi. Ces titres ne rencontrent pas le succès escompté à leur sortie pourtant ils deviendront des classiques de la chanson française. L’année suivante, il fait paraître un disque éponyme qui cette fois rencontre un immense succès. Maxime Le Forestier se produit en première partie de Georges Brassens.

Le succès au rendez-vous

Le chanteur revient en 1973 avec un nouvel opus, marqué notamment par les titres Février de cette année-là ou encore Entre quatorze et quarante ans. Le succès est une fois de plus au rendez-vous, sa notoriété ne fait que grandir. Il se produit sur de nombreuses scènes notamment au Palais des sports de Paris. Il part en tournée avec ses musiciens et vend les places de ses concerts à seulement 10 francs, ce qui déplait fortement dans l’industrie musicale, la concurrence considère ce prix comme déloyal.

Maxime Le Forestier fait paraître Saltimbanque en 1975, il reste un artiste engagé ce qui freine sa médiatisation, malgré cela il se produit sur les routes de France, de Suisse et de Belgique ainsi qu’en URSS.

En 1978, il fait paraître son nouvel opus N°5, enregistré entre la France et le Canada. L’époque est plus difficile pour le chanteur il remonte tout de même sur les planches de l’Olympia. Il fait paraître un album live enregistré à la Gaité-Montparnasse lors duquel il chante des reprises du répertoire de Georges Brassens avec ses musiciens Caratini et Le Douarin. Pendant les années qui suivent, il passe le plus clair de son temps sur scène en France, en Algérie, en Nouvelle Calédonie, au Liban ou encore en Belgique. En 1983, son nouveau disque, Des jours meilleurs, ne rencontre pas le succès, cela devient difficile pour lui, il ne parvient plus à convaincre le public, son succès n’est plus au beau fixe. Il part pour une tournée plus simple en compagnie de Jean-Félix Lalanne à travers l’Europe et l’Afrique. Il revient avec Aftershave, en 1986, l’album ne connaît pas le succès, les médias et l’industrie musicale voient en cet échec la fin de sa carrière. C’était sans compter sur la persévérance du chanteur qui revient en 1988 avec un immense succès : Né quelque part , avec ce titre, il chante la tolérance, un tube co-écrit avec Jean-Pierre Sabar. Un morceau repris par la chanteuse Aura originaire d’Afrique du Sud. Grâce au succès du morceau, un nouveau disque voit le jour quelques temps plus tard : Ambalaba. L’album rencontre un grand succès et s’écoule à plus de 600 000 copies. Il repart en tournée sur les routes françaises.

Le renouveau

Fort de son dernier succès, Maxime Le Forestier fait paraître Sagesse de fou, en 1991. Le succès n’est pas aussi important que pour le précédent mais parvient tout de même à convaincre et le conduit à partir pour une nouvelle tournée. Après une pause, il fait paraître Passer ma route, en 1995, un album largement inspiré de ses voyages et des cultures étrangères sur lequel il collabore avec de nombreux artistes comme Zouk Machine, Vanessa Paradis ou encore le groupe Bratsch. Il s’associe à Boris Bergman pour l’écriture des textes. Il reprend la Petite fugue, un véritable succès. L’année suivante, il sort un nouvel album de reprises de chansons de Georges Brassens. Il part ensuite en tournée avec sa guitare, tout en simplicité, une recette gagnante. Maxime Le Forestier retrouve Jean-Félix Lalanne en 1999 pour entamer leur nouvelle tournée : Tour de chauffe. L’année suivante, il intègre la troupe des Enfoirés au profit des Restos du cœur, il participe aussi aux concerts au profit de l’association Sol En Si.

A la fin de l’année 2000, il revient avec L’Echo des étoiles, un album écrit en collaboration avec Boris Bergman. Il repart sur les routes en compagnie de Jean-Félix Lalanne avec leur spectacle Plutôt Guitare. Une tournée qui va se poursuivre jusqu’en 2002. Maxime Le Forestier est sollicité par Elie Chouraqui, pour composer la musique de la comédie musicale Gladiateur. Il rend une nouvelle fois hommage à Georges Brassens dans l’album Deuxième cahier.

Maxime Le Forestier revient avec son nouvel opus studio, Restons amants, en 2008, il collabore avec Patrice Renson et Frédéric Lo, mais aussi avec Julien Clerc qui signe le morceau Restons amants. Sur cet album, il interprète un duo avec Emmanuelle Béart : L’hymne à la soie. Le chanteur prend de nouveau la route pour une nouvelle tournée pendant plus d’un an. Polydor, son label sort l’album La maison bleue, sur cet opus des artistes comme Ayo ou La Grande Sophie, reprennent ses plus grands titres.

Maxime Le Forestier sort son nouvel opus, Le Cadeau, en 2013, en collaboration avec Julien Clerc, Manu Galvin, Claude Lemesle et Pierre Grosz. Jacques Weber écrit la chanson Impasse des oiseaux . Il chante en duo avec Camille, La Folie .