Biographie de Mike Brant

Naissance : le 1er février 1947 à Famagouste (Chypre)

Chanteur israélien

Univers : variété, pop

Mike Brant a fait chavirer le cœur de beaucoup de françaises, ses chansons d’amour ont fait son succès et l’emmènent sur les plus belles scènes. Même si sa noirceur l’a rattrapé trop tôt, il reste l’une des références de la variété française.

Départ pour la France

Mike Brant, de son vrai nom Moshé Brand, voit le jour le 1er février 1947 à Chypre. Sa mère sort des camps de concentration de la guerre et son père est un résistant, les deux sont originaires de Pologne. Les époux se retrouvent dans un camp d’accueil à Chypre où est né Moshé. La famille va s’installer en Palestine, leur deuxième enfant, Zvi, voit le jour en 1949.

En 1963, il fait l’animation dans un hôtel de Haïfa pour la célébration du nouvel an, une prestation qui lui permet d’acquérir de la notoriété et d’être appelé pour d’autres prestations dans les hôtels de la ville, pour cela il fonde un groupe Les Chocolate’s. Le groupe reprend les standards américains d’Elvis Presley à Franck Sinatra en passant par Aretha Franklin. Il n’a que vingt ans lorsque son père décède, il est bouleversé. Afin de lui rendre hommage à chaque début de représentation, il interprète son titre préféré. Peu de temps après, il intègre, en tant que chanteur, la troupe israélienne Lakat Karmon, avec qui il reste pendant deux années. Par la suite le Baccara, une discothèque de Téhéran, le recrute, il y fait la connaissance de Sylvie Vartan et Carlos qui lui proposent de venir en France.

Le jeune homme débarque à Paris en 1969 et commence par monter sur la scène du Bistingo grâce à Carlos. Il fait la connaissance de Jean Renard qui compose pour lui Laisse moi t’aimer, une chanson qu’il va aussi enregistrer en hébreu, il s’écoule à plus d’un million de copies, le jeune homme fait le tour des plateaux de télévision. L’année suivante, il chante Mais dans la lumière, un titre qui lui permet de recevoir le Grand Prix RTL international. En 1971, Mike Brant a un accident de voiture et son producteur Jean Renard fait en sorte que tout le monde soit au courant de l’accident, pour augmenter les ventes du chanteur. La presse fait sa Une avec un Mike Brant recouvert de pansements. En novembre de la même année, Dalida lui offre l’opportunité de se produire à ses cotés à l’Olympia. L’année suivante, il revient avec la chanson Qui saura ?, une reprise de Ché Sarà de Jimmy Fontana. La chanson devient un énorme tube et prend la tête des classements devant l’indétrônable Claude François. Le début d’une longue série de tubes pour le chanteur avec notamment C’est ma prière, Rien qu’une larme, Tout donné, tout repris, Viens ce soir, C’est comme ça que je t’aime, Serre les poings et bats-toi, On se retrouve par hasard  et Qui pourra te dire ?. Le chanteur a un large public féminin qui hurle son nom à chaque concert, il enchaine les tournées et se produit sur de nombreuses scènes au cours de l’été.

Les idées noires

Le rythme infernal qu’il doit tenir pour sa carrière le fatigue de plus en plus sans parler de la guerre dans son pays qui le fragilise moralement. Il entre en dépression et doit être interné dans un hôpital psychiatrique. Il tente de mettre fin à ses jours en novembre 1974, il saute du 5ème étage de l’Hôtel de la Paix de Genève. Une chute qui entraine un traumatisme crânien, deux fractures aux jambes, il reste à l’hôpital pendant plusieurs semaines. De nombreuses rumeurs rapportent que sa relation compliquée avec Simon Weintrub, qui est son producteur depuis peu, sont la cause de ce drame. Le jour de sa tentative de suicide, Mike Brant aurait menacé son producteur de se jeter par la fenêtre, son producteur l’aurait provoqué en lui ouvrant la fenêtre, le chanteur aurait sauté. Mike Brant ne parvient pas à se détacher de ses idées noires, le 25 avril 1975, il saute du 6ème étage d’un immeuble et décède sur le coup à seulement 28 ans. Après son décès, les rumeurs sont nombreuses, certains crient à l’assassinat, d’autres pensent qu’il ne supportait pas sa célébrité et même certains mettent en cause la drogue. Le chanteur ne suivait plus le traitement qu’il avait pour sa dépression ce qui pour certains a entraîné le drame. Pendant plusieurs mois les médias vont imaginer les théories les plus folles autour du chanteur.

Aujourd’hui son frère et sa nièce entretiennent la mémoire du chanteur avec notamment des livres et le fan-club.

En 2010, Gadi Inbar crée la comédie musicale Mike Brant : Laisse-nous t’aimer qui raconte la vie du chanteur.