Biographie de Natalie Wood

Natalie Wood, de son vrai nom Natalia Nikolaïevna Zakharenko (en ), est une actrice américaine née le à San Francisco (Californie) et morte le près de l'île Santa Catalina (Californie).

Elle a également utilisé au début de sa carrière le pseudonyme de Natasha Gurdin.

Biographie

Enfance et débuts

Natalia Nikolaïevna Zakharenko est la fille de Maria Stepanovna Zoudilova (1912–1996) et de Nikolaï Stepanovitch Zakharenko (1912–1980), tous les deux originaires de Russie. Elle commence une carrière d'actrice âgée à peine de cinq ans, poussée dans cette voie par une mère très autoritaire. Pour les scènes de larmes, la mère de Natalie va jusqu'à arracher les ailes d'un papillon pour faire pleurer sa fille et satisfaire les réalisateurs.

Un jour, sur le plateau de tournage du film où traverser un pont sous une pluie diluvienne, la petite fait une chute et se casse le poignet. Sa mère, effrayée à l'idée que le réalisateur ne renvoie Natalie à cause de cette blessure, n'en informe personne et oblige Natalie à se taire et à continuer le tournage sans la faire soigner. En résultera une malformation osseuse très visible, que Natalie dissimulera toute sa vie sous d'énormes bracelets ou des vêtements.

Elle jouera de nombreux rôles de petites filles, puis d'adolescentes, vivant et grandissant en permanence sous l'œil des caméras, et de sa mère présente sur tous les tournages.

Carrière

Natalie Wood fait ses débuts au cinéma en 1943 et connaît ses premiers succès en tant qu'actrice-enfant en 1947 dans Le Miracle de la . Son second rôle dans La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause, 1955), où elle donne la réplique à James Dean, lui permet d'être nommée à l'Oscar et de remporter un Golden Globe en tant que révélation. Elle enchaîne l'année suivante avec La Prisonnière du désert, l'un des plus mémorables films de John Ford où elle incarne le rôle d'une enfant de fermiers enlevée par les Indiens et élevée par eux, jusqu'à ce que son oncle (John Wayne) la retrouve.

Les récompenses de début de carrière l'aident à accomplir la transition vers l'incroyable actrice adulte qu'elle sera, avec notamment une deuxième nomination aux Oscars en 1961 pour Splendor In The Grass (La Fièvre dans le sang) d'Elia Kazan. La même année, elle tourne dans la comédie musicale West Side Story, et l'année suivante dans Gypsy, Vénus de Broadway. Suit une troisième nomination aux Oscars en 1963, pour Une certaine rencontre. Sa carrière se poursuit le long des années 1960 avec notamment Bob et Carole et Ted et Alice (1969).

À partir de ce moment-là, elle diminue la fréquence de ses prestations pour fonder une famille.

En fin de carrière, elle remporte un Golden Globe pour la série Tant qu'il y aura des hommes (From Here to Eternity, 1979). Elle participe à de nombreux téléfilms.

Vie privée

En 1952, elle rencontre Nicholas Ray dont elle tombe éperdument amoureuse. Elle a quinze ans, lui quarante-cinq. Grâce à lui, elle obtient le rôle de Judi, le premier rôle féminin de La Fureur de vivre, rôle qui lui vaudra une nomination pour l'Oscar du meilleur second rôle féminin. Pendant sa liaison avec Ray, elle prend Dennis Hopper pour amant.

Une rumeur prétend qu'elle aurait été hospitalisée à la suite d'un viol par un acteur et producteur célèbre en 1954, à l'âge de seize ans. La rumeur désigne Kirk Douglas comme l'auteur possible de cette agression.

En 1956, elle rencontre l'acteur Robert Wagner, qu'elle épouse un an plus tard, le 28 décembre 1957, à Scottsdale en Arizona. Ils se séparent en 1961 et divorcent le 27 avril 1962. Elle a alors commencé une relation avec l'acteur Warren Beatty. Ce divorce est largement commenté par la presse à scandale.

Elle épouse ensuite le scénariste et producteur anglais Richard Gregson dont elle a une fille, Natasha, en 1970, et en divorce pour se remarier avec Robert Wagner, le 16 juin 1972. Une fille, Courtney, naît le 9 mars 1974. Natalie Wood interrompt quelque temps sa carrière pour s'occuper de ses deux filles et de celle que Wagner a eue d'une précédente relation.

Mort

Le 29 novembre 1981, elle est retrouvée noyée près de l'île californienne de Santa Catalina, où elle passait Thanksgiving. Au moment de sa mort, elle tournait le film de science-fiction Brainstorm, qui sortira sur les écrans près de deux ans après, en septembre 1983.

Les circonstances de sa mort demeurent floues. En marge du tournage de Brainstorm, Natalie Wood et son mari Robert Wagner, ainsi que l'acteur Christopher Walken (avec qui la presse lui prête une liaison), retournent vers 22 h 30 sur le yacht Splendor avec le capitaine du bateau Dennis Davern, autre amant de Wood, mais les témoignages ne concordent pas sur tous les points. Certains témoins l'auraient entendue appeler à l'aide après être tombée dans l'eau. Wagner et Walken affirment le contraire. Après une soirée très arrosée, sa disparition est signalée à la sécurité maritime à 1 h 15 du matin.

Un hélicoptère retrouve son corps à 7 h 44 du matin : noyée à deux kilomètres du bateau, l'actrice n'est vêtue que d'une chemise de nuit de flanelle, d'une veste de duvet rouge et de chaussettes. Officiellement, sa mort est alors considérée comme une noyade accidentelle, malgré les nombreuses contusions constatées lors de l'autopsie dont les analyses toxicologiques confirment une alcoolémie élevée d'1,4 g/l dans le sang, mais ne retrouvent pas trace de drogues ni de médicaments.

Le 16 novembre 2011, le bureau du shérif de Los Angeles déclare rouvrir l'enquête.

Le capitaine du bateau, Dennis Davern, a livré en novembre 2011 une nouvelle version du contexte de l'accident, qui n'est pas celle de l'époque. Selon lui, il y aurait eu une dispute entre Natalie Wood et Robert Wagner. Mais l'enquête est close début janvier 2012.

Le 11 juillet 2012, le docteur Lakshmanan Sathyavagiswaran, chef du service de médecine légale du comté de Los Angeles, amende le certificat de décès : la cause de la mort de Natalie Wood passe de « noyade accidentelle » à « noyade et autres facteurs indéterminés », ce qui relance une nouvelle fois l'enquête.

Le 14 janvier 2013, un précise la présence d'ecchymoses sur l'avant-bras droit, le poignet gauche et le cou, ces blessures ayant été faites avant l'entrée du corps dans l'eau.

Ces conclusions relancent les spéculations sur la dispute que Natalie Wood aurait eue avec son mari avant de disparaître.

Le 2 février 2018, la police américaine a désigné Robert Wagner, 87 ans, « personne d’intérêt », un stade qui peut précéder une désignation formelle comme suspect. Cette décision s'appuie sur de nouveaux témoignages dans l'affaire du décès. Le capitaine du bateau accuse Robert Wagner d'avoir trop attendu avant d’appeler les secours.

Natalie Wood est enterrée au Westwood Village Memorial Park Cemetery à Los Angeles.

Filmographie

Cinéma

  • 1943 : (The Moon Is Down) d'Irving Pichel : Carrie (non créditée)
  • 1943 : d'Irving Pichel : une petite fille (non créditée)
  • 1946 : Demain viendra toujours (Tomorrow Is Forever) de Irving Pichel : Margaret Ludwig
  • 1946 : Amazone moderne (The Bride Wore Boots) de Irving Pichel : Carol Warren
  • 1947 : Miracle sur la (Miracle on 34th Street) de George Seaton : Susan Walker
  • 1947 : L'Aventure de madame Muir (The Ghost and Mrs. Muir) de Joseph L. Mankiewicz : Anna Muir enfant
  • 1947 : Driftwood d'Allan Dwan : Jenny Hollingsworth
  • 1948 : Bagarre pour une blonde (Scudda Hoo! Scudda Hay!) de F. Hugh Herbert : Bean McGill
  • 1949 : Chicken Every Sunday de George Seaton : Ruthie Hefferan
  • 1949 : de William D. Russell : Susan Matthews
  • 1949 : Father Was a Fullback de John M. Stahl : Ellen Cooper, la cadette

  • 1950 : La flamme qui s'éteint (No Sad Songs for Me) de Rudolph Maté : Polly Scott
  • 1950 : Celle de nulle part (Our Very Own) de David Miller : Penny Macaulay
  • 1950 : Mon cow-boy adoré (Never a Dull Moment) de George Marshall : Nan
  • 1950 : Gare au percepteur (The Jackpot) de Walter Lang : Phyllis Lawrence
  • 1951 : (Dear Brat) de William A. Seiter : Pauline
  • 1951 : La Femme au voile bleu (The Blue Veil) de Curtis Bernhardt : Stephanie Rawlins
  • 1952 : de William Beaudine : Sally Burke
  • 1952 : Pour vous, mon amour (Just for You) d'Elliott Nugent : Barbara Blake
  • 1952 : La Star (The Star) de Stuart Heisler : Gretchen
  • 1954 : Le Calice d'argent (The Silver Chalice) de Victor Saville : Helena enfant
  • 1955 : Son seul amour (One Desire) de Jerry Hopper : Seely Dowder
  • 1955 : La Fureur de vivre (Rebel Without a Cause) de Nicholas Ray : Judy
  • 1956 : La Prisonnière du désert (The Searchers) de John Ford : Debbie Edwards
  • 1956 : A Cry in the Night de Frank Tuttle : Elizabeth
  • 1956 : Collines brûlantes (The Burning Hills) de Stuart Heisler : Maria-Christina Colton
  • 1956 : The Girl He Left Behind de David Butler : Susan
  • 1957 : Bombardier B-52 (Bombers B-52) de Gordon Douglas : Lois Brennan
  • 1958 : La Fureur d'aimer (Marjorie Morningstar) d'Irving Rapper : Marjorie Morgenstern
  • 1958 : Les Diables au soleil (Kings Go Forth) de Delmer Daves : Monique Blair

  • 1960 : (Cash McCall) de Joseph Pevney : Lory Austen
  • 1960 : Les Jeunes Loups (All the Fine Young Cannibals) de Michael Anderson : Salome Davis
  • 1961 : La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass) de Elia Kazan : Wilma Dean « Deanie » Loomis
  • 1961 : West Side Story de Jerome Robbins et Robert Wise : Maria
  • 1962 : Gypsy, Vénus de Broadway (Gypsy) de Mervyn LeRoy : Louise « Gypsy Rose Lee » Hovick
  • 1963 : Une certaine rencontre (Love with the Proper Stranger) de Robert Mulligan : Angela Rossini
  • 1964 : Une vierge sur canapé (Sex and the Single Girl) de Richard Quine : Helen Gurley Brown
  • 1965 : La Grande Course autour du monde (The Great Race) de Blake Edwards : Maggie DuBois
  • 1965 : Daisy Clover (Inside Daisy Clover), réalisé par Robert Mulligan : Daisy Clover
  • 1966 : Propriété interdite (This Property Is Condemned), de Sydney Pollack : Alva Starr
  • 1966 : Les Plaisirs de Pénélope (Penelope) d'Arthur Hiller : Pénélope Elcott
  • 1969 : Bob et Carole et Ted et Alice de Paul Mazursky : Carol Sanders

  • 1972 : Votez Mc Kay (The Candidate) de Michael Ritchie : elle-même (caméo)
  • 1975 : de Peter Hyams : Ellen Prendergast
  • 1979 : Meteor de Ronald Neame : Tatiana Nikolaevna Donskaya

  • 1980 : de Gilbert Cates : Mari Thompson
  • 1980 : de Paul Mazursky : elle-même (caméo)
  • 1983 : Brainstorm de Douglas Trumbull : Karen Brace (tourné en 1981)

Télévision

  • 1953 : The Pride of the Family (série télévisée)

  • 1973 : The Affair
  • 1976 : La Chatte sur un toit brûlant (Cat on a Hot Tin Roof)
  • 1979 : Hart to Hart
  • 1979 : The Cracker Factory
  • 1979 : Tant qu'il y aura des hommes (From Here to Eternity), série télévisée)

  • 1980 : Les Diamants de l'oubli (The Memory of Eva Ryker)

Distinctions

Récompenses

  • Golden Globes 1957 : Golden Globe de la révélation féminine de l'année dans un drame pour La Fureur de vivre
  • Golden Apple Awards 1961 : Actrice la moins coopérative
  • Mar del Plata Film Festival 1964 : Meilleure actrice dans un drame romantique pour Une certaine rencontre
  • Golden Apple Awards 1966 : Actrice la moins coopérative
  • Golden Globes 1966 : Henrietta Award
  • Golden Globes 1980 : Meilleure actrice dans une série dramatique pour Tant qu'il y aura des hommes
  • Online Film & Television Association 2016 : Meilleure actrice

Nominations

  • Oscars 1956 : Meilleure actrice dans un second rôle pour La Fureur de vivre
  • Laurel Awards 1958 : Meilleure interprétation pour La Fureur d'aimer
  • Golden Globes 1962 : Meilleure actrice pour La Fièvre dans le sang
  • Grammy Awards 1962 : Album de l'année pour West Side Story, partagé avec Didier Deutsch, Mark Betts, Bill Ivie, Marni Nixon, Richard Beymer, Rita Moreno, George Chakiris, Russ Tamblyn et Jimmy Bryant
  • Laurel Awards 1962 : Meilleure interprétation féminine pour La Fièvre dans le sang
  • Oscars 1962 : Meilleure actrice pour La Fièvre dans le sang
  • British Academy Film Awards 1963 : Meilleure actrice pour La Fièvre dans le sang
  • Golden Globes 1963 : Meilleure actrice pour Gypsy, Vénus de Broadway
  • Laurel Awards 1963 :
    • Meilleure star féminine
    • Meilleure interprétation féminine pour Gypsy, Vénus de Broadway
  • Golden Globes 1964 : Meilleure actrice pour Une certaine rencontre
  • Laurel Awards 1964 : Meilleure star féminine
  • Oscars 1964 : Meilleure actrice pour Une certaine rencontre
  • Laurel Awards 1965 : Meilleure interprétation féminine dans une comédie romantique pour Une vierge sur canapé
  • Golden Globes 1966 : Meilleure actrice pour Daisy Clover
  • Golden Globes 1967 : Meilleure actrice pour Propriété interdite
  • Laurel Awards 1967 :
    • Meilleure star féminine
    • Meilleure interprétation féminine pour Propriété interdite
  • des Saturn Awards 1984 : Meilleure actrice dans un second rôle dans un thriller de science-fiction pour Brainstorm

Hommages

  • Natalie Wood (1980), chanson écrite par Jay Alanski, reprise en 1991 par Jil Caplan.

  • Natalie Wood : Le Prix de la gloire (The Mystery of Natalie Wood), téléfilm américain de Peter Bogdanovich réalisé en 2004, avec notamment Justine Waddell dans le rôle de Natalie Wood, Michael Weatherly dans le rôle de Robert Wagner et Matthew Settle dans le rôle de Warren Beatty. Dans ce téléfilm, on apprend notamment que Natalie Wood était hydrophobe ; une diseuse de bonne aventure lui aurait prédit que l'eau lui serait fatale. Natalie Wood n'attachait pas d'importance à ces superstitions, mais restait tout de même extrêmement méfiante vis-à-vis des grandes étendues d'eau.

  • La cantatrice Natalie Dessay a modifié la graphie de son prénom en hommage à Natalie Wood.

Voix françaises

  • Jeanine Freson :
    • La Fureur de vivre
    • La Prisonnière du désert
    • Collines brûlantes
    • Les Diables au soleil
    • West Side Story
    • La Fièvre dans le sang
    • Une vierge sur canapé
    • La Grande Course autour du monde

et aussi :
  • Nicole Jonesco dans Miracle sur la
  • Nicole Favart dans Une certaine rencontre
  • Michèle Lituac dans Daisy Clover (doublage récent)
  • Ginette Pigeon dans Propriété interdite
  • Martine Sarcey dans Bob et Carole et Ted et Alice

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Robert Boussinot, L'Encyclopédie du cinéma, Bordas, Paris, 1989
  • Géraldine Maillet, Splendour, Grasset, 2014 (roman)

Liens externes