Biographie de Patrick Bruel

Né le 14 mai 1959

Patrick Buel joue habilement avec les mélodies pour faire passer des messages plus ou moins forts avec sensibilité et tendresse.

Du talent à revendre

Patrick Bruel, de son vrai nom Patrick Benguigui, voit le jour le 14 mai 1959 en Algérie. Il grandit auprès de sa mère qui enseigne le français. Ensemble il s’envole pour la France lorsque l’Algérie devient indépendante. Lorsqu’il est jeune Patrick Bruel souhaite devenir footballeur même si la musique commence à prendre de la place dans sa vie, il est aussi bien influencé par le rock que par la chanson française. Son baccalauréat en poche, il devient animateur en club, il y chante le soir avec sa guitare pour animer les soirées. Le jeune homme fait ses premiers pas au cinéma dans Le coup de sirocco un film d’Alexandre Arcady. Il prend son nom de scène définitif Patrick Bruel. Le film est un succès mais ne lui permet pas encore de percer, il s’envole alors pour New York où il reste pendant un an. Lors de ce voyage, il fait la connaissance de Gérard Presgurvic. Lorsqu’il rentre en France, il commence à apparaître dans des films et des pièces de théâtre avec notamment Le Batârd réalisé par Bertrand Van Effentere ou encore Le Grand Carnaval une fois encore avec Alexandre Arcady.

Patrick Bruel fait paraître son premier 45 tours, Vide en 1981, mais le succès n’est pas au rendez-vous. Il revient deux ans plus tard avec Marre de cette nana-là, qui rencontre un immense succès et le propulse immédiatement sur le devant de la scène. Le chanteur monte sur les planches pour la pièce On m’appelle Emilie de Maria Pacôme, il continue avec le film P.R.O.F.S réalisé par Patrick Schulman. Il revient à la chanson avec le titre Comment ça va pour vous qui rencontre un grand succès.

Du cinéma à la chanson

Patrick Bruel fait paraître De face, en 1986, en collaboration avec Gérard Presgurvic sur lequel il interprète un duo avec Miou-Miou et chante Tout le monde peut se tromper qui apparaît dans la bande originale du film Attention Bandits de Claude Lelouch. Le jeune homme se produit pour la première fois sur la scène de l’Olympia en 1987. L’année suivante, il est de nouveau au cinéma dans un film de Georges Lautner, La maison assassinée, puis en 1989 il joue dans deux films L’union sacrée d’Alexandre Arcady et Force majeure de Pierre Jolivet. A la fin de l’année, il fait paraître Alors regarde, enregistré en collaboration avec le producteur Mick Lanaro mais aussi de nombreux musiciens, Philippe Saisse. Gérard Bikialo, Christian Padovani, Nick Moroch et Carl James. De nombreux morceaux marquent ce disque comme Alors Regarde , Place des grands hommes , Je te l’dis quand même ou encore Décalé , mais le véritable succès est le titre Casser la voix . Le chanteur montre l’étendue de son talent sur scène à partir d’octobre 1990, les salles de concert sont pleines à craquer le phénomène Bruelmania est enclenché. Le chanteur passe par le Zénith de Paris puis se produit sur la scène de l’Olympia en décembre. Le succès auprès du public féminin lui colle à la peau. Le chanteur se produit au Printemps de Bourges en 1991, les billets s’arrachent en quelques heures. Le chanteur s’exporte dans toute l’Europe et chante en plusieurs langues, il chante sur de nombreux plateaux télévisés. La SACEM le récompense en 1991 du prix Vincent Scotto. La même année, il se produit sur la scène de plusieurs festivals dont les Francofolies de La Rochelle. Son opus s’écoule à plus de deux millions et demi de copies à l’été 1991. Il fait paraître un nouveau live, Si ce soir, qui s’écoule à plus d'un million de copies. Lors de la cérémonie des Victoires de la musique 1992, il reçoit le prix du meilleur interprète masculin. L’année suivante, Patrick Bruel joue dans deux films : Profil bas de Claude Zidi et Toutes peines confondus de Michel Deville.

De nombreuses collaborations

Le chanteur revient en 1994 avec son nouveau disque Bouge, en collaboration avec Mick Lanaro, son image romantique continue de dominer. Le chanteur entame une nouvelle tournée qui passe par Bercy pour plusieurs représentations puis par les Francofolies de La Rochelle en 1995. Sur scène, il interprète Quand les hommes vivront d’amour avec Youssou N’dour et Khaled. Lors de sa tournée estivale, il décide d’annuler deux de ses concerts pour cause de désaccord politique avec ces villes. Le chanteur montre de plus en plus ses choix politiques et sociaux. La même année, il part tourner Le Jaguar de Francis Veber aux côtés de Jean Reno. Il fait paraître à la fin de l’année son live, On s’était dit.

Au début de l’année 1996, il apparaît dans le nouveau film de Sydney Pollack, Sabrina, aux côtés d’Harrison Ford. Il s’engage aussi pour les Restos du Cœur notamment lors des tournées des Enfoirés.

Alexandre Arcady le fait revenir au cinéma en 1997 dans K son nouveau film. L’année suivante, il produit une nouvelle pièce de théâtre en collaboration avec son frère intitulé La Grande magie.

Le chanteur revient en 1999 avec son nouvel opus, Juste avant, sur cet opus il collabore avec ses frères David et Fabrice. Il collabore aussi avec Félix Gray qui lui compose Le café des délices. Les médias le trouvent plus mature même si ses chansons tournent toujours autour du thème de l’amour. Patrick Bruel participe à nouveau aux Enfoirés en 2000, lors de ce concert il interprète La bombe humaine de Téléphone avec Patrick Fiori et Pascal Obispo. Il part ensuite en tournée devant un public comblé à chaque spectacle. Il se produit sur la scène du Zénith en mai 2000 pour huit représentations avant de poursuivre sur les routes françaises. Le chanteur revient célébrer ses quarante ans au Zénith avec ses amis comme Pascal Obispo, Khaled, Garou, Lââm ou encore Line Renaud et Charles Aznavour. Le chanteur continue de se produire sur scène pendant plusieurs mois, à la fin de l’année 2000, son dernier disque s’est écoulé à plus d’un million de copies. En avril 2001, il monte sur la scène du Zénith puis s’envole pour l’Océan Indien pour de nouveaux spectacles avant de revenir en France. La même année, il fait paraître un nouveau live, Patrick Bruel Live, qui s’écoule à plus de 1,8 million de copies.

Il retourne devant les caméras avec deux nouveaux films Le lait de la tendresse humaine de Dominique Cabrera qui sort en 2000 et Les jolies choses de Gilles Paquet-Brenner qui paraît en 2001.

L’album du succès

Patrick Bruel se plonge dans la variété française du milieu du 20ème siècle et propose un double disque, Entre-deux, dans lequel il reprend en duo avec nombreux artistes les plus grands titres de cette époque. Le public retrouve notamment Charles Aznavour sur le titre Ménilmontant , Francis Cabrel avec La complainte de butte, ou encore avec Johnny Hallyday pour le titre Qu’est ce qu’on attend pour être heureux. Le chanteur collabore aussi avec Jean-Jacques Goldman, Jean-Louis Aubert, Zazie, Laurent Voulzy, Alain Souchon ou encore Renaud. L’album rencontre un succès aussi phénoménal qu’inattendu, il se produit pour quelques dates seulement en France et en Belgique. Après ce succès, il retourne sur les planches avec la pièce Le Limier avec Jacques Weber. Il enchaine avec le film Une vie à t’attendre de Thierry Klifa aux côtés de Nathalie Baye. Il repart en tournée pour plus de quarante dates. Il devient père pour la première fois de Oscar en 2003. Après le tsunami qui ravage l’Asie en 2004 il compose le titre Et puis la terre, qui est chanté par de nombreux artistes français et les bénéfices sont reversés aux victimes de la catastrophe. Son second fils Léon voit le jour en septembre 2005.

Le chanteur revient en 2006 avec son nouvel opus, Des souvenirs devant, un album qu’il compose en collaboration avec sa femme Amanda. Un album marqué par les titres Des souvenirs devant, Je fais semblant , Peuple impopulaire , ou encore Adieu . Il entame une nouvelle tournée mais n’oublie pas le cinéma pour autant.

Il tourne L’ivresse du pouvoir de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert et François Berléand. Patrick Bruel joue en 2007 dans le film Un secret de Claude Miller puis dans Le code a changé de Danièle Thomson.

Le chanteur fait paraître un nouvel opus live en 2007. Alexandre Arcady lui offre un nouveau rôle en 2010 dans Comme les cinq doigts de la main. La même année, il monte sur la scène du théâtre Edouard VII avec Le prénom de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière avec notamment Valérie Banguigui. La pièce rencontre un immense succès sur scène mais aussi, deux ans, plus tard au cinéma. Il se produit à Las Vegas en 2011 avant de jouer au poker pour le Mondial de Poker. Patrick Bruel fait paraître à la fin de l’année 2012, son nouvel opus, Lequel de nous. Un album marqué par les titres She’s gone , Maux d’enfants  en duo avec La Fouine, Où es-tu ? ou encore Viens tout contre moi . Il repart sur les routes de France en mai 2013 pour plusieurs mois.