Biographie de Patrick Sébastien

Né le 14 novembre 1953

Les critiques n’ont pas toujours été tendres avec Patrick Sébastien, qui a pourtant su surmonter tous les obstacles qui se sont présentés à lui au fil des années.

Des débuts à la télévision

Patrick Sébastien, de son vrai nom Patrick Boutot, voit le jour le 14 novembre 1953 à Brive-la-gaillarde. Le jeune homme grandit avec sa mère Andrée Boutot à Juillac. Le jeune homme n’a que 17 ans lorsqu’il se marie, un peu plus tard il devient père pour la première fois de Sébastien, neuf ans plus tard il accueille un nouveau fils Olivier. Après l’obtention de son baccalauréat il débute des études de lettre mais cela ne lui convient pas, puis il échoue au concours de police. Le jeune homme part à Paris à 21 ans.

Arrivé à Paris, il monte un spectacle humoristique dans lequel il imite des personnalités comme Bourvil ou encore Joe Dassin. Il choisit son nom de scène Patrick Sébastien au début des années 1980. Il se produit dans des petites salles pour des salaires très bas, pour gagner sa vie il travaille en parallèle aux Halles de Paris. Il fait la connaissance de Jacques Gauthier qui lui offre l’opportunité de se produire dans son cabaret La main au panier en 1974.

L’année suivante, il fait ses premiers pas à la télévision notamment sur le plateau de Parade ou encore Système 2 présentés par Guy Lux et Sophie Darel. En 1976, Maritie et Gilbert Carpentier invite le jeune homme sur le plateau de leur émission Numéro un, puis c’est au tour de Michel Druker de l’inviter sur son plateau de l’émission Le rendez-vous du dimanche. Il se produit aussi en première partie de Michel Sardou lors de son passage à l’Olympia.

Son goût pour les déguisements et les imitations forge sa réputation, il propose à des personnalités de se déguiser sur les plateaux de Carnaval et Sébastien c’est fou. Le succès est au rendez-vous de nombreuses célébrités aiment participer à ses émissions pour se montrer ou faire leur promotion. Patrick Sébastien participe à la tournée des Enfoirés au profit des Restos du cœur en 1992 qui se tient à l’Opéra Garnier. La même année, il se déguise pour participer à des jeux diffusés sur TF1 comme Tournez Manège, Une famille en or ou encore La roue de la fortune mais aussi dans d’autres émissions comme Sacré soirée ou encore Stars 90. Avec ces passages, il trompe de nombreux animateurs d’Evelyne Leclerc à Jean-Pierre Foucault en passant par Michel Drucker et Christian Morin. Des tromperies qui donnent lieu à une nouvelle émission diffusée en décembre 1992 intitulée Le Grand Bluff. Un énorme succès pour l'animateur avec plus de 17,5 millions de spectateurs, un record qui ne sera dépassé que lors de la finale de la coupe du monde de football 1998. A la même époque, il décide de produire Albert Dupontel puis quelques temps plus tard c’est au tour de Dany Boon.

Petit écran et chansons

Inspiré de ses émissions, il orchestre en 1995 un joli canular en vue des élections présidentielles en lançant la candidature de Marlène Mourreau une charmante animatrice, elle représente le Parti de la liberté et de l’amour. La même année, l'un des sketchs de son émission Osons crée une polémique. L’animateur est accusé et condamné pour les propos racistes qu’il a évoqués dans un sketch. Malheureusement de nombreuses personnes lui reprochent sa vulgarité mais aussi le fait d’être trop populaire.

L’animateur change de chaine en 1996, il entre chez France 2. Il crée Le plus grand cabaret du monde qui débute à la fin de l’année 1998. L’animateur se met aussi à la chanson il fait paraître de nombreux titres estivaux comme Viva bodega et caetera. Il réalise son premier film, T’aime, en 1999. Lorsque Nicolas Canteloup se lance sur scène en 2001 avec Tous des guignols, il décide de produire son spectacle. Lors des élections présidentielles de 2007, il soutient François Bayrou. En 2013, l'animateur Cyril Hanouna remet sa chanson Les sardines  au goût du jour, un véritable succès.