Biographie de Serge Gainsbourg

Né le 2 avril 1928

Serge Gainsbourg offre à la chanson française des titres inimitables mais surtout des textes qui ont inspiré de nombreux artistes et continuent de séduire des générations de fans.

L’après-guerre

Serge Gainsbourg, de son vrai nom Lucien Ginsburg, voit le jour le 2 avril 1928. Le jeune homme grandit dans une famille de musiciens, son père est pianiste et sa mère mezzo-soprano. Lucien a une grande sœur, Jacqueline et une sœur jumelle Liliane. Ses parents fuient l’Ukraine en 1919 et deviennent officiellement français en 1932. La famille s’installe à Paris, son père lui inculque le goût de l’art très jeune. La famille étant juive, la seconde guerre mondiale est une étape très difficile, elle se cache sous de fausses identités. Pendant la guerre, la famille perd sa nationalité française. Une fois la France libérée la famille retourne à Paris mais Lucien réalise rapidement qu’il ne souhaite pas poursuivre sa scolarité. Le jeune homme part faire son service militaire en 1948, il n’aime pas suivre les règles imposées par l’armée et vit difficilement cette période. Il se marie en novembre 1951 avec Elisabeth Levitsky. Lucien enchaine les emplois même si il passe le plus clair de son temps à peindre. Il commence à se produire au piano dans des bars de Paris à Deauville ou au Touquet.

Le jeune homme découvre la musique de Boris Vian et adore son style et ses textes, en décalage avec les musiques de l’époque. Il accompagne Michele Arnaud sur scène avec sa guitare grâce à Francis Claude, directeur artistique. Michèle et Francis réalisent par hasard le talent de compositeur de Serge Gainsbourg et le font monter sur scène rapidement. Francis Claude commence à communiquer sur le jeune homme sur la radio Paris-Inter. Michèle Arnaud enregistre les premières chansons de Serge Gainsbourg comme La recette de l’amour fou , Douze belles dans la peau , Jeunes femmes et vieux messieurs  ou encore La femme des uns sous le corps des autres. Il divorce en 1957.

En 1958, Serge Gainsbourg fait paraître son premier disque, Du chant à la une !, en collaboration avec Alain Goraguer, le succès est au rendez-vous avec notamment le titre Le Poinçonneur des lilas , cependant il ne parvient pas à en vendre beaucoup. L’époque yéyé ne lui correspond pas il ne se sent pas à sa place. Le chanteur assure la première partie de plusieurs artistes comme Jacques Brel ou Juliette Gréco. Le public n’est pas réceptif à son style et les critiques sont parfois violentes.

Des débuts difficiles

Le chanteur revient avec Gainsbourg Confidentiel, en collaboration avec Elek Bacsik et Michel Gaudry, un disque qui ne s’écoule qu’à 1500 copies, il réalise que chanter ce qu’il aime ne sera pas aussi simple que ce qu’il croyait. Il fait paraître peu de temps après Gainsbourg Percussions, sur lequel il travaille avec Miriam Makeba et Babatunde Olatunji.

Ses premiers succès sont en tant que compositeur avec notamment La javanaise  ou Accordéon pour Juliette Gréco ou La gadoue pour Petula Clark. Il va étendre son public avec France Gall, pour qui il écrit plusieurs succès comme N’écoute pas les idoles  ou Laisse tomber les filles. La jeune femme gagne le concours de l’Eurovision en mars 1965 avec la chanson de Serge Gainsbourg, Poupée de cire, poupée de son, dont le succès est phénoménal. Il lui compose deux autres titres, Baby pop  et Sucettes à l’anis.

Serge Gainsbourg compose le morceau Le sable et le soldat afin de soutenir Tsahal lors de la guerre des six jours. Il se rapproche de ses racines juives avec ce titre. Il commence à fréquenter Brigitte Bardot, il lui compose plusieurs morceaux comme Harley Davidson , Bonnie and Clyde  ou encore Je t’aime… moi non plus. Ce dernier morceau rencontre le succès quand il l’interprète avec Jane Birkin quelques mois plus tard. La version en duo avec Brigitte Bardot paraît en 1986 et rencontre aussi un immense succès. Il fait la connaissance de Jane Birkin en 1968 lors du tournage du film Slogan. Le couple enchaine alors les succès avec Je t’aime…moi non plus suivi de 69 année érotique. Leur couple est très médiatisé.

Au début des années 1970, le chanteur est particulièrement inspiré et enchaine les disques comme Histoire de Melody Nelson, Vu de l’extérieur, Rock around the bunker puis en 1976, L’homme à tête de chou. Des opus qui ne rencontrent pas le succès espéré même si les critiques sont élogieuses. Le chanteur a une crise cardiaque en 1973, il utilise ce moment et joue de provocation en fumant et buvant à l’hôpital devant les médias.

Provocateur dans l’âme

Déjà en 1975 Gainsbourg joue la provocation, avec Rock around the bunker, dans lequel il parle des nazis. Les radios n’adhèrent pas à cette attitude mais lorsqu’il monte sur scène avec le groupe Bijou, il rencontre un immense succès.

Le cinéma l’attire toujours, il passe par la réalisation avec notamment le film Equateur avec des sujets toujours aussi provocants. Le chanteur revient avec son nouvel opus, La Marseillaise (reggae) qui est certifié disque de platine. Il est attaqué de toutes parts pour ses textes, cependant il rencontre un grand succès sur scène. A Strasbourg, des parachutistes manifestent contre lui, ce qui n’empêche pas le chanteur de continuer sa tournée à guichets fermés. Il se console de toutes ces attaques dans le monde de la nuit et l’alcool. Sur les plateaux de télévision, il se fait aussi remarquer pour son taux d’alcoolémie plus au moins élevé. Il devient plus Gainsbarre que Gainsbourg. Le chanteur divise les français, certains le voyant comme un poète incompris, d’autres déclarant qu’il n’a rien d’un artiste. Jane Birkin ne supporte plus ses frasques et le quitte en 1980. Après cette séparation difficile, le chanteur provoque de plus en plus à la télévision et est au centre de plusieurs scandales. Il dénonce le système à sa manière comme lorsqu’il brule un billet de cinq cent francs sur le plateau d’une émission. Les médias ne le lâchent plus, il devient un excellent sujet people. L’une de ses péripéties les plus célèbres reste sur le plateau de Michel Drucker lorsqu’il dit à propos de Whitney Houston qui se trouve près de lui : « I want to fuck her ». Malgré cela, il reste une vedette sensible qui a du cœur et qui trouve son public.

Il fait la connaissance de Bambou qui va devenir sa nouvelle muse, même si ce qu’il écrit pour elle ne rencontre pas le succès. En parallèle, il poursuit son travail avec Jane Birkin.

Serge Gainsbourg travaille également avec Vanessa Paradis. En 1990, il compose notamment pour elle le morceau Tandem. Sa cinquième crise cardiaque lui est fatale le 2 mars 1991. Quelques jours plus tard, une foule d’artistes, de politiques et d’amis se pressent au cimetière de Montparnasse pour lui rendre un dernier hommage. Le chanteur a eu quatre enfants Natasha, Paul, Charlotte et Lucien.