Biographie de Thelonious Monk

Thelonious Sphere Monk (–) est un pianiste et compositeur de jazz américain célèbre pour son style d'improvisation, ainsi que pour avoir écrit de nombreux standards de jazz.

Alors que Monk est souvent considéré comme l'un des fondateurs du bebop, l'évolution de son style personnel l'a fait s'en éloigner. Il est d’ailleurs difficile d’établir une filiation même si son jeu pianistique (assez traditionnel dans les ballades) se rapporte au jeu stride des années 1920–1930 et si son influence peut être décelée chez de nombreux musiciens. Ses compositions autant que son jeu pianistique ont suscité les plus vives réactions tant ils bousculent la mélodie, l'harmonie et le rythme. Nombre de ses compositions sont devenues des standards, par exemple : Blue Monk, ’Round Midnight, Well You Needn't, Straight, No Chaser

Biographie

Né à Rocky Mount en Caroline du Nord, sa famille s'établit à Manhattan, au 243 West 63rd Street, en 1922. Il commence à jouer du piano à et bien qu'il ait pris quelques cours, il est considéré comme un autodidacte. À , il accompagne à l'harmonium sa mère qui chante dans l'église baptiste de son quartier. À , il participe à la tournée d'une évangéliste.

Il suit des cours à la Stuyvesant High School mais n'obtient pas son diplôme.

Ses débuts

Il trouve du travail comme musicien de jazz ; il apparaît sur des enregistrements de Jerry Newman réalisés autour de 1941 au Minton's Playhouse, un club de Harlem, où Monk est engagé comme pianiste. Son style très personnel fait sensation, et attire les grands de l'époque, Dizzy Gillespie, Bud Powell et Charlie Parker.

Avec Dizzy Gillespie, Charlie Parker ou Bud Powell, il fréquente presque quotidiennement la pianiste et compositrice Mary Lou Williams, qui lui donne des conseils et accompagne cette nouvelle génération de musiciens, qu'elle invite à son émission de radio hebdomadaire sur WNEW, Mary Lou Williams's Piano Workshop.

En 1944, Monk enregistre en studio pour la première fois avec le quartet de Coleman Hawkins. Hawkins aidera Monk en début de carrière, et Monk lui retournera la pareille en l'invitant à le rejoindre lors de sessions avec John Coltrane en 1957.

En 1947, il enregistre pour la première fois sous son nom pour Blue Note. Ces enregistrements mettent en valeur ses talents de compositeur. La même année, il se marie avec Nellie Smith. De leur union naîtra un fils, Thelonious Sphere (T.-S.) Monk (1949), qui deviendra batteur de jazz et une fille, Barbara (1953 - 1984).

En août 1951, la police de New York découvre de la drogue (cannabis) dans la voiture de Monk et de Powell. La drogue est présumée appartenir à Powell, mais Monk refusant de témoigner contre son ami, se voit confisquer sa carte lui permettant de jouer dans les clubs de New York.

Monk passe les années 1950 à composer, enregistrer et jouer dans des théâtres.

Après les enregistrements pour Blue Note de 1947 à 1952, Monk signe avec le label Prestige pour . Il enregistre quelques albums et collabore avec Sonny Rollins et Art Blakey. En 1954, il participe également aux albums de Miles Davis : Bags' Groove et Miles Davis and the Modern Jazz Giants.

En 1954, Monk arrive pour la première fois en Europe ; il joue et enregistre à Paris.

Il rencontre la baronne Pannonica de Koenigswarter - chez qui mourra Charlie Parker le 12 mars 1955 - « Nica », membre de la branche anglaise de la famille Rothschild et mécène de plusieurs musiciens de jazz new-yorkais. Elle restera une amie intime toute sa vie.

Époque Riverside/Columbia

Au moment de signer pour le label Riverside, Monk est reconnu par le milieu du jazz, mais ne vend pas beaucoup d'albums : sa musique est considérée comme peu accessible pour le grand public.

Riverside parvient à convaincre Monk d'enregistrer deux albums ne contenant que ses interprétations de standards de jazz, le premier sera Thelonious Monk Plays Duke Ellington entièrement constitué, comme son titre l'indique, de compositions de Duke Ellington. , le pianiste enregistre Brilliant Corners, album contenant beaucoup de compositions originales souvent considéré comme un de ses meilleurs.

En 1957, Monk récupère sa carte de musicien l'autorisant à jouer dans les clubs de New York et ainsi à nouveau être présent sur la scène jazz la plus importante au monde. Durant la période qui suivit il joua abondamment au dans le cadre d'un quartet comprenant par moment un jeune saxophoniste montant, John Coltrane. De cette association, les amoureux du jazz n'auront pendant longtemps que des enregistrements peu nombreux et de mauvaise qualité. Au milieu des années 2000 un enregistrement de bonne qualité du concert au Carnegie Hall donné par le quartet sera découvert par hasard pendant un archivage et édité par Blue Note. L'album intitulé Thelonious Monk Quartet with John Coltrane at Carnegie Hall est vite décrit comme un album important de ces deux géants du jazz.

En 1962, Monk signe chez Columbia un des plus importants labels de l'époque. Le premier album de cette nouvelle période sera produit par Teo Macero et intitulé Monk's Dream, devenant l'album le plus vendu de la carrière du pianiste.

Monk enregistrera encore d'autres grands albums chez Columbia comme Criss Cross ou Underground qui contient l'unique morceau en mesure à 3/4 composé par Monk, Ugly Beauty.

Fin de carrière et décès

Le dernier enregistrement studio de Monk date de novembre 1971 (chez Black Lion Records). Avec Art Blakey, Dizzy Gillespie, Al McKibbon, Sonny Stitt et Kai Winding, formant le groupe The Giant of Jazz, il fait quelques concerts durant cette même année.

Le 3 juillet 1975, Thelonious Monk joue son dernier concert accompagné de Paul Jeffrey, Larry Ridley, et de son fils Thelonious Sphere Monk III. Trois années plus tôt il jouait au Village Vanguard avec cette même formation.

Il vit chez Pannonica de Koenigswarter les six dernières années de sa vie sans toucher le piano, parlant très peu. Il meurt d'une attaque cérébrale le 17 février 1982 et est enterré au cimetière Ferncliff à Hartsdale, New York. Après sa mort, sa musique est redécouverte par un public plus large et il est considéré avec Miles Davis, John Coltrane… comme une figure majeure de l'histoire du jazz.

Style

La pianiste et compositrice Mary Lou Williams a rencontré Thelonious Monk au milieu des années 1930 à Kaycee dans le Wyoming, alors qu'il n'a pas encore 20 ans :

Compositions

Thelonious Monk a beaucoup composé, et nombre de ses compositions sont devenues des standards de jazz : 'Round Midnight, Straight, No Chaser, Blue Monk, Ask me Now, Well You Needn't, Monk's Dream...

Les titres des morceaux de Thelonious Monk sont souvent choisis après les enregistrements, donnant lieu a des séances de casse-tête collectifs. Ainsi le titre de Let's call this provient de la perplexité de Monk, qui après avoir enregistré le titre répète machinalement : « Let's call this…, let's call this… » (« Appelons-la…, appelons-la… »). Think of One est appelé ainsi par l'expression de la lassitude de Thelonious Monk. Après l'enregistrement, fatigué de réfléchir à un titre, il dit à son collaborateur « Think of one. » (« Cherches-en un.) ». Ce sont ces trois mots qui seront choisis.

D'autres titres font référence à des personnes (Pannonica, en hommage à Pannonica de Koenigswarter ; ou Boo Boo's Birthday, d'après le surnom de sa fille, Boo Boo ; Teo en hommage à Teo Macero) ou à des lieux (Ba-Lue Bolivar Ba-Lues-Are, en référence à l', où a logé Pannonica de Koenigswarter).

D'après Max Roach, Monk écrivait des paroles sur ses compositions, qui sont aujourd'hui perdues. Roach se souvient seulement de celles du début de Monk's Mood : « Why do you evade facts ? » (« Pourquoi refuses-tu la réalité ? »).

Anecdotes

  • Parfois pendant un concert, Monk s'arrêtait et se levait pendant que le groupe continuait. Il se mettait alors à danser et souvent à tourner sur lui-même, comme en transe.
  • Thelonious Monk reçoit le surnom de « Melodious Thonk » sans doute à cause de sa manière de jouer, à la fois mélodique et dissonante.
  • Le pianiste de jazz George Shearing — aveugle —, alors qu'il est escorté vers l'instrument sur lequel il veut répéter avant un concert, entendant la musique singulière — discordante — jouée par Monk, aurait déclaré : « Oh, je reviendrai lorsque l'accordeur aura terminé. »
  • D'après Art Blakey, Monk était très bon aux échecs et aux dames.
  • Alors qu'un journaliste lui demande quel genre de musique il aime, Thelonious répond : "J'aime tous les genres de musique. — Vous aimez la country ?" Thelonious ne répond pas, le journaliste insiste : "Eh bien, vous aimez la country ?" Thelonious se tourne vers Bob Jones, le road manager de Monk, et lui dit : "Ce gars est dur d'oreille."

Citations

Discographie

De son vivant, plus de de Thelonious Monk ont été publiés, sous son nom ou sous le nom d'autres musiciens. Depuis sa mort, d'autres enregistrements sont disponibles : par exemple en 2005 un inédit live avec John Coltrane.

Premiers enregistrements

  • Midnight at Minton's (c.1941, publié en 1973 sous le nom de Don Byas. Monk ne joue pas sur tous les morceaux de ce disque ou les deux autres de 1941)
  • After Hours (c.1941, publié en 1973 sous le nom de Charlie Christian)
  • After Hours in Harlem (c.1941, publié en 1973 sous le nom de Hot Lips Page)

Blue Note years (1948–1952)

  • Genius of Modern Music: Volume 1 (1947 Blue Note)
  • Wizard of the Vibes (Milt Jackson: 1948 Blue Note)
  • Genius of Modern Music: Volume 2 (1951–1952 Blue Note)

Prestige years (1952–1954)

  • Thelonious Monk Trio (Prestige 7027), 1952
  • Monk (Prestige 7053), 1954
  • Thelonious Monk and Sonny Rollins (Prestige 7075)

Riverside years (1955–1961)

Columbia years (1962–1968)

Labels divers

)

}}

Box sets

, Sony)
  • The London Collection (1988, )
  • The Columbia Years: '62–'68 (2001, , Sony)
  • The Complete Vogue Recordings/The Black Lion Sessions (1954–1971) (, Mosaic)
  • }}

    Compilations

    • 1991 : The Best of Thelonious Monk. The Blue Note Years (1947–1952, Blue Note)
    • 2001 : The Columbia Years: '62–'68 (1962–1968, Sony)
    • 2002 : Thelonious Monk 85th Birthday Celebration (1952–1961, ZYX Music)

    Participations avec d'autres artistes

    (Verve, 1952)
  • Bags' Groove: Miles Davis (Prestige, 1954)
  • Miles Davis and the Modern Jazz Giants (Prestige, 1954)
  • Nica's Tempo: Gigi Gryce (Savoy, 1955)
  • Sonny Rollins, Vol 2 (Blue Note, 1957)
  • In Orbit: Clark Terry with Thelonious Monk (Riverside, 1958)
  • }}

    Reprises par d'autres artistes

    , Four In One (1982, Elektra)
  • Roswell Rudd et Misha Mengelberg, Regeneration (1982, Soul Note)
  • Arthur Blythe : Light Blue (1983, Columbia)
  • That’s The Way I Feel Now (1984, A & M)
  • Kronos Quartet : Monk Suite (1985, Nonesuch)
  • Steve Lacy : Only Monk (1985, Soul Note)
  • Anthony Braxton : Six Monk’s Compositions (1987, Black Saint)
  • Paul Motian : Monk In Motian (1988, jmt)
  • Carmen McRae : Carmen Sings Monk (1988, Novus)
  • Bud Powell : A Portrait of Thelonious (1961, Columbia)
  • Steve Lacy : More Monk (1989, Soul Note)
  • Bebop & Beyond : Plays Thelonious Monk (1990, Blue Moon)
  • T.-J. Kirk : If Four Was One (1996, Warner Bros.)
  • Esbjörn Svensson Trio : Plays Monk (1996, ACT)
  • Alexander von Schlippenbach : Plays Monk (1997, enja)
  • T.-S. Monk : Monk On Monk (1997, N2K)
  • Eric Löhrer, Évidence (1998, Siesta)
  • Blue Monk: Blue Note Plays Monk's Music (1999, Blue Note)
  • Wynton Marsalis, Standard Time, Vol. 4: Marsalis Plays Monk (1999, Columbia)
  • Alexander von Schlippenbach, Monk's Casino (2005, Intakt)
  • Léotrio, AtmoSphère Monk (2009, Ame son Production)
  • Tommy Flanagan : Thelonica (1982, Enja)
  • Pierrick Pédron : Kubic's Monk (2012, ACT)
  • }}

    Bibliographie

    • (prix Charles Delaunay 1996, Prix Pelléas 1997).
      • .
        • , réédité en juillet 2006 par Le Castor astral .
          • Thomas A. Ravier, « Le silence autour de minuit », La Revue Littéraire, numéro 64, éditions Léo Scheer

          Documentaires

          • Thelonious Monk: Straight, No Chaser de Charlotte Zwerin, sorti en 1988 aux États-Unis et produit par Clint Eastwood.
          • Misterioso, documentaire de Peter Bosworth et Laurent de Wilde, présenté par Paul Ouazan et L’Atelier de Recherche d’Arte France, Die Nacht / La Nuit #103, 26 octobre 2010 (65 min).

          Notes et références

          Notes

          Références

          Annexes

          Bibliographie

          • Marc-Édouard Nabe, chapitre 3 de la partie « Le swing des choses », in Au régal des vermines, éd. Bernard Barrault, Paris, 1985 (pages 63–75)
          • Jacques Réda, « Thelonious Sphere Monk : un art sans commencement », chapitre de L'improviste - une lecture du jazz, Gallimard, « Folio », Paris, 1990 (pages 250-267)
          • Laurent de Wilde, Monk, Gallimard, « L'Arpenteur », Paris, 1996 ; Gallimard, « Folio », Paris, 1997, prix Charles Delaunay 1996, prix Pelléas 1997
          • Jacques Ponzio et François Postif, Blue Monk. Un portrait de Thelonious, Actes Sud, 2000
          • Yves Buin, Thelonious Monk, préface de Franck Médioni, Le Castor astral, Bordeaux, 2002
          • Pauline Guéna, Pannonica, éditions Robert Laffont, Paris, 2007
          • , Thelonious Monk : The Life and Times of American Original, Free Press, New York, 2009

          Liens externes